Dane Clark (1912-1998)

Film Noir
Répondre
kiemavel1
Messages : 456
Enregistré le : 06 juin 2015, 11:49

Dane Clark (1912-1998)

Message par kiemavel1 » 22 sept. 2019, 20:03

Image
Nan, nan … Je n'étais pas du tout parti, juste très occupé par les vacances puis par mes vendanges
Oui, c'est vrai, je raconte ma vie mais moi au moins je ne mets pas en scène mes faux départs et mes demi-retours (Et PAF ! :mrgreen: )

Pour compléter nos efforts conjugués destinés à mettre en avant le sous estimé Dane Clark, il m'est venu l'idée de créer un topic spécifique pour notamment centraliser les critiques de ses films noirs lisibles sur notre site.

Filmo "noire" de Dane Clark :

1946 A Stolen LIfe (La voleuse) de Curtis Bernhardt avec Glenn Ford et Bette Davis. DVD Collection "Les trésors Warner"
https://forum.cinefaniac.fr/viewtopic.php?f=2&t=10703
1946 Her Kind of Man de Frederick de Cordova avec Janis Paige et Zachary Scott
https://forum.cinefaniac.fr/viewtopic.php?f=2&t=11647
1947 Deep Valley (Le repaire du forçat) de Jean Negulesco avec Ida Lupino et Wayne Morris
https://forum.cinefaniac.fr/viewtopic.php?f=2&t=11643
1948 Moonrise (Le fils du pendu) de Frank Borzage avec Gail Russell. DVD Artus Films
1948 Whiplash de Lewis Seiler avec Alexis Smith et Zachary Scott
https://forum.cinefaniac.fr/viewtopic.php?f=2&t=11667
1949 Without Honor (Crépuscule) de Irving Pichel avec Laraine Day, Franchot Tone, Agnes Moorehead et Bruce Bennett
1950 Backfire (Du sang sur le tapis vert) de Vincent Sherman avec Viveca Lindfors, Virginia Mayo et Edmond O'Brien. DVD zone 1 avec vost
https://forum.cinefaniac.fr/viewtopic.php?f=2&t=9391
1950 Gunman in the Street / Le traqué de Frank Tuttle avec Simone Signoret et Fernand Gravey
https://forum.cinefaniac.fr/viewtopic.php?f=2&t=11656
1950 Highly Dangerous de Roy Ward Baker avec Margaret Lockwood (en Grande-Bretagne)
1951 Never Trust a Gambler de Ralph Murphy
https://forum.cinefaniac.fr/viewtopic.php?f=2&t=11587
1952 Gambler and the Lady de Patrick Jenkins (en Grande-Bretagne)
1954 Murder by Proxy (UK) / Blackout (USA) de Terence Fisher (en Grande-Bretagne)
1954 Five Days(UK) / Paid to Kill (USA) de M. Tully (en Grande-Bretagne)
1954 Port of Hell de Harold Schuster avec Wayne Morris
1955 The Thoughest Man Alive de Sidney Salkow
https://forum.cinefaniac.fr/viewtopic.php?f=2&t=11642
1956 The Man is Armed! (Cet homme est armé de Franklin Adreon
https://forum.cinefaniac.fr/viewtopic.php?f=2&t=11609
===
Pour compléter, je me permets de reprendre, sans l'avoir consulté au préalable, la bio postée par Chip dans la section western :

Il vénérait Humphrey Bogart, admirait John Garfield à qui on l' a souvent comparé. Comme Garfield il aimait jouer des personnages torturés, broyés par la société, mais après ses années Warner sa carrière, faite de séries B, ressemble plus à celle d'un Mark Stevens, qu'il avait cotoyé au début des forties dans quatre films Warner bros.
Il est né Bernard Zanville à Brooklyn le 18 février 1913, son père tenait une boutique d'articles de sport. Sa première ambition est d' être joueur de baseball, ce qui semble normal quand tout le matériel nécessaire à ce sport est vendu par papa ; puis jugeant ne plus pouvoir progresser dans ce domaine, il opte pour la boxe avant d'abandonner définitivement le sport et décide alors de devenir avocat.
Diplomé des universités Cornell et John Hopkins, la dépression qui frappe les Etats-Unis dans les années 30 , l'oblige à abandonner ses ambitions. Il travaille comme ouvrier, parfois modèle, rencontre quelques bohèmes qui se prennent pour des artistes, partage un temps leur vie, puis s'aperçoit qu'ils sont bidons et, les quitte avec cependant le désir d' être comédien.
Il trouve du travail à la radio, écrit des scripts et fait ses débuts d'acteur à Broadway avec une pièce intitulée " sailors of Cattaro" en 1934,suit l' année suivante "Panic" qui ne sera jouée que 3 jours. Bernard Zanville rejoint le fameux "group theatre" , joue plusieurs pièces de Clifford Odets; "dead end" de Sidney Kingsley sera jouée pendant 2 ans.
Les débuts Hollywoodiens arrivent ironiquement avec un rôle d' avocat dans " Tennessee Johnson". Pris sous contrat à la Warner, Bogart lui trouve un nom: Zane Clark, Zane deviendra Dane. Dane Clark va tourner une douzaine de films pour Jack Warner, puis le bouillant Dane dont la tête a un peu grossi, aura une violente altercation avec son patron et quittera le studio.
Freelance, il va surtout s'illustrer dans des films B pour Allied Artists, Lippert ou Republic pictures, pour ce modeste studio ,il se voit offrir ce qui est peut-être son meilleur rôle: Danny Hawkins , "le fils du pendu"du MOONRISE de Frank Borzage, sombre drame, éclairé par la douce Gail Russell .Quelques bons rôles vont lui échapper dont celui du boxeur dans "champion", Kirk Douglas le rendra mémorable.
Au début des années 50, Clark tourne beaucoup en Europe, à Paris "Gunman in in the streets/ Time running out" (le traqué) avec Simone Signoret et Fernand Gravey, film rarement projeté, puis plusieurs polars en Angleterre.Le western ne semble pas trop l' intéresser, il y sacrifiera 6 films où ses personnages ressemblent souvent à ceux de ses" film noir'", même destin tragique, les films de Dane Clark finissent mal.
Clark a énormément travaillé pour la télévision, pas moins de 3 séries en vedette dans les années 50 et de nombreux téléfilms et "guest star" dans les années 70, son dernier film "the last rites"(crimes de sang) date de 1988.
Dane Clark, icone du film noir, décède le 11 septembre 1998 à Santa Monica (CA) d'un cancer à la gorge.
PS:
petite anecdote: Winston Churchill, avide cinéphile, admirait tellement Clark, qu'il l' invita un jour à dîner.

Avatar du membre
chip
Messages : 829
Enregistré le : 17 avr. 2007, 21:04

Re: Dane Clark (1912-1998)

Message par chip » 23 sept. 2019, 14:03

Bonne :idea: de notre vendangeur cinéphile, ce topic Dane Clark, va permettre aux curieux de grappiller quelques infos sur ce comédien dont on ne parle pas assez.
Image

kiemavel1
Messages : 456
Enregistré le : 06 juin 2015, 11:49

Re: Dane Clark (1912-1998)

Message par kiemavel1 » 25 sept. 2019, 10:32

Dane Clark n'a assurément pas eu la carrière qu'il aurait mérité. Son physique ? Les dirigeants de la Warner qui le distribuaient dans des films mineurs ? l'insuccès au box office de ses films ?
En tout cas, on ne peut que constater que dans l'esprit du studio - qui le prêtèrent d'ailleurs fréquemment - il venait après d'autres vedettes maison. Peut-être aussi qu'il arriva un peu tard, après en tout cas son ami John Garfield qui fut infiniment mieux servi que lui et qui eut la chance d'être poussé à ses débuts - mais est ce seulement de la chance ? - par un grand cinéaste : Michael Curtiz, et qui très vite s'est vu offrir de grands rôles (Je suis un criminel) qui fixèrent son personnage (cela lui est parfois reproché : "Il joue toujours le même personnage"). Tandis que Garfield enchaina jusqu'à sa fin prématurée les grands rôles auprès de cinéastes prestigieux dans des films aujourd'hui cultes : le vaisseau fantôme, Le facteur sonne toujours deux fois, Sang et or, Trafic en haute mer, Menace dans la nuit … Dane Clark se contentait de miettes : La voleuse de King Vidor, Le repaire du forçat de Jean Negulesco … trouvant certains de ses meilleurs rôles, ailleurs : Le fils du pendu de Borzage chez Republic Pictures … et trop souvent distribué dans des films mineurs, dont :

1949 Without Honor (Crépuscule) de Irving Pichel avec Laraine Day, Franchot Tone, Agnes Moorehead et Bruce Bennett

ajouté hier :
https://forum.cinefaniac.fr/viewtopic.php?f=2&t=11690

Stark
Messages : 180
Enregistré le : 12 févr. 2017, 09:19

Re: Dane Clark (1912-1998)

Message par Stark » 27 sept. 2019, 20:34

Image

Répondre