A bout de Course ! - Richard Stark (alias Donald Westlake)

Répondre
Avatar du membre
wintergreen
Messages : 452
Enregistré le : 19 févr. 2008, 23:21
Localisation : Paris

A bout de Course ! - Richard Stark (alias Donald Westlake)

Message par wintergreen » 14 sept. 2009, 17:21

Parution chez Rivages le 4 novembre 2009, d'une nouvelle aventure de Parker (nouvelle série): A bout de course ! . Traduction du roman: Nobody runs forever, écrit en 2004 sous le pseudo Richard Stark
Résumé:
"Parker a rejoint à Cincinnati une équipe de six hommes qui espèrent s'emparer d'un stock d'or pour prothèses dentaires. Mais le jour de l'opération, rien ne va, l'un d'entre eux porte un micro, l'initiateur du projet est bien trop nerveux, un chasseur de primes et la police interviennent..."
Modifié en dernier par wintergreen le 21 nov. 2009, 23:12, modifié 1 fois.


Avatar du membre
wintergreen
Messages : 452
Enregistré le : 19 févr. 2008, 23:21
Localisation : Paris

Re: A bout de Course ! - Richard Stark (alias Donald Westlake)

Message par wintergreen » 21 nov. 2009, 19:16

Pour répondre à notre ami Jean-Marc Laherrère, il reste 2 Parker à traduire.
Sans compter la dizaine de romans "première période" parus en Série Noire, et qui mériteraient une traduction améliorée chez Rivages .

Image
Image

Avatar du membre
trinita
Messages : 2090
Enregistré le : 22 mai 2007, 16:42

Re: A bout de Course ! - Richard Stark (alias Donald Westlake)

Message par trinita » 21 nov. 2009, 21:07

Je suis assez d'accord avec toi et les Parker mériterait une meilleure traduction et donc une réedition chez Rivages sera la bienvenue. ::)

Avatar du membre
wintergreen
Messages : 452
Enregistré le : 19 févr. 2008, 23:21
Localisation : Paris

Re: A bout de Course ! - Richard Stark (alias Donald Westlake)

Message par wintergreen » 12 mars 2010, 18:13

Image

Cette sixième traduction des aventures de Parker (période contemporaine) est un excellent cru.
Notre héros solitaire est comme d'habitude embarqué dans un casse (ici un fourgon blindé), planifié et préparé aux petits oignons, mais dont la réalisation va être sévèrement compliquée par des éléments extérieurs.

Finalement Parker et Dortmunder sont les 2 faces (noire et impitoyable pour le premier, humoristique pour le second) d'une seule et même malédiction : la malchance
L'un comme l'autre réussissent rarement ou partiellement leurs coups ; non pas à cause de leur incompétence, mais en raison d'évènements, de coïncidences ou de tiers imprévus et imprévisibles.

D'ailleurs, comparés aux Parker des années 60, le nouveau modèle s'est un peu dortmunderisé. Non pas qu'il soit devenu l'organisateur pessimiste, fataliste et blasé de Westlake, mais la sécheresse des 1er Parker s'est adoucie pour laisser place à de nombreuses digressions ou Stark esquisse et caricature avec l'humour et le brio de son double, les portraits et les mœurs de ses contemporains. Parker est toujours froid comme l'acier, mais les personnages secondaires on prit de la densité et de la profondeur.
Sans pour autant ralentir la narration, puisque dans ce roman, ça démarre à 100 à l'heure (comme une Série B) et ça enchaîne sur une histoire pleine de suspense, de rebondissements et de personnages secondaires qui se croisent dans des intrigues sophistiquées mais racontées sobrement et avec punch, de façon simple et directe .
Du grand art et un matériau en or pour une adaptation cinématographique.

Répondre