Le Continent Perdu - Lost Continent - 1951 - Samuel Newfield

Liste des films critiqués
David Vincent
Messages : 9
Enregistré le : 07 juil. 2021, 14:45

Le Continent Perdu - Lost Continent - 1951 - Samuel Newfield

Message par David Vincent » 11 juil. 2021, 13:11

L'Ile mystérieuse.

Je vous conseille chaleureusement « Le Continent Perdu » réalisé en 1951 par Samuel Newfield et projeté pour la 1ère fois le 19 juillet 1951 au théâtre Paramout de San Francisco, soit à peine 3 mois après le 1er « Action ».
En effet, il doit être le 1er à associer radiations nucléaires et monstres préhistoriques, et ce bien avant Le Monstre des temps perdus (1953 - Lourié) et Godzilla (1954 - Honda).
Les acteurs, loin d’être des inconnus [Cesar Romero (Le tour du monde en 80 jours de Michael Anderson/1956, La Taverne de l’Irlandais de John Ford/1963, Batman de Leslie H. Martinson/1966), Hillary Brooke (Les Envahisseurs de la planète rouge de William Cameron Menzies/1953), Whit Bissel (Au cœur du temps-série TV/1966-1967), Sid Melton (Mask of the Dragon de Sam Newfield/1951), Hugh Beaumont (Le Peuple de l’enfer de Virgil W. Vogel/1956), John Hoyt (Le Choc des mondes de Rudolph Maté/1951), Chick Chandler (La Course aux maris de Don Hartman/1948) et Acquanetta (Tarzan et la Femme léopard de Kurt Neumann/1946], sont excellents et convaincus de leur rôle.
Toutefois, on peut regretter que les personnages féminins, au demeurant bien faits de leur personne (c’est le moins que l’on puisse dire), ne soient pas plus approfondis. Cela aurait sans doute donné une autre dimension au scénario.
Par ailleurs, on peut noter dans le film des inserts d’images issues de 24H chez les martiens (Rocketship X-M) lors du décollage de la fusée ou encore de Tumak, fils de la jungle (One Million B.C.) lors du tremblement de terre final qui détruira l’île.
De plus, il faut savoir que la pellicule vire au vert-sépia lorsque les héros arrivent au sommet de la montagne sacrée afin de simuler la radioactivité ambiante. Cette technique de filtrage avait déjà été utilisée dans le métrage de Kurt Neumann, 24H chez les martiens (Rocketship X-M) pour recréer l’atmosphère de Mars en rouge-sépia.
Le film est disponible en VOSTF soit chez Bach Films, soit chez L’Atelier 13.


Répondre