La Proie Nue - The Naked Prey - 1966 - Cornel Wilde

Liste des films critiqués
Avatar du membre
Personne
Messages : 8360
Enregistré le : 15 janv. 2005, 16:10
Localisation : Atlantic City

La Proie Nue - The Naked Prey - 1966 - Cornel Wilde

Message par Personne » 05 oct. 2007, 13:29

Image

Avec:

Cornel Wilde as The Man
Gert Van der Berg as Man #2
Ken Gampu as Leader of the warriors
Patrick Mynhardt as Safari overseer
Bella Randles as Little girl
Morrison Gampu as Tribe leader

Image

E-nor-me!

Une chasse à l'éléphant qui tourne mal par la faute d'un cupide chasseur blanc(au coeur noir), ce dernier ne voulant pas payer un modeste droit de passage à une tribu Zoulou (de simple babioles aurait suffit).
L'expédition se retrouve piégé et anéanti par les Zoulous dans une sorte de fête de village macabre(scénes hallucinantes) qui ne laisse la chance de s'en sortir au seul guide de l'expédition. Une chasse à l'homme nu va pouvoir commencer avec pour seul avantage pour ce dernier, l'avance d'une flèche tirée.

Deuxième film de Cornel Wilde que je découvre et re-choc après le déjà formidable Le Sable était Rouge. On remarque quelques points communs comme ce générique illustré de peintures et le choix de nous montrer la violence, la survie de manière crue, mais aussi de splendides moments de poésies à la Cornel Wilde. J'allais dire Terence Malick! :lol:
Le début dans le village est d'une sauvagerie qui ne sera égalée que quelques années plus tard par un Cannibal Holocaust par exemple.
Le parallélle entre chasseurs et chassé est présent pendant tout le film avec ces animaux qui s'entretuent pour survivre. C'est lui ou eux, il n'a pas le choix, jusqu'à un superbe final magnifiquement digne.

La prestation de Cornel Wilde est assez incroyable. Il est amaigri, n'hésite pas à braver les animaux de la savane, à se nourrir avec ce qui lui tombe sous la main. On y croit, tout comme le lieu de tournage, loin de tout studio Hollywoodien puisqu'il a tourné son film en Afrique du Sud, près et dans le Parc Kruger(région magnifique).

J'ai pensé aussi au Jugement des Flèches de Fuller, aux Collines de la terreur...

Je crois que Criterion va sortir ce film en DVD aux Etats-Unis. N'hésitez pas, il n'y a vraiment pas beaucoup de dialogues. Les images parlent d'elles même! :shock:

Avatar du membre
Cole Armin
Administrateur
Messages : 3680
Enregistré le : 15 janv. 2005, 13:52

Re: La Proie Nue - The Naked Prey - 1966 - Cornel Wilde

Message par Cole Armin » 16 oct. 2007, 07:09

Personne a écrit :Je crois que Criterion va sortir ce film en DVD aux Etats-Unis. N'hésitez pas, il n'y a vraiment pas beaucoup de dialogues. Les images parlent d'elles même! :shock:
Sortie en effet prévue pour janvier prochain. Il y aura sans doute des sous-titres Anglais.

chip2
Messages : 77
Enregistré le : 23 mai 2007, 17:58

Message par chip2 » 16 oct. 2007, 08:14

Un film dont je connaissais la réputation mais que je n'ai jamais vu, le DVD sera le bienvenu.
Le scénario d'origine raconté l'histoire d'un blanc poursuivi par des peaux-rouges. Wilde a transposé l'action en Afrique.
Il existe un fanzine sur Cornel Wilde.

Daniel2
Messages : 92
Enregistré le : 20 nov. 2006, 00:59

Message par Daniel2 » 16 oct. 2007, 14:36

Tu sais Chip, Cornel Wilde voulait raconté la vaie histoire... mais un problème de budget l'enmena en Afrique pour tournée son projet cinématographique. Avec une claque et une bottine, il a réussit à faire un excellent film.

Longway
Messages : 7
Enregistré le : 15 déc. 2007, 22:12

Message par Longway » 31 janv. 2008, 19:00

Ce film date de 1966, les scénes de torture dans le village Zoulou sont impressionnantes pour l'époque. De même l'extermination du troupeau d'éléphants fait peine à voir, surtout quand on sait qu'à l'heure actuelle la race est menacée d'extinction malgré la protection internationale. :(
Autrement une belle réussite de la part de Cornel Wide, à la fois réalisateur et acteur de son film ( ce n'est pas donné à tout le monde ) où les dialogues sont pratiquement absents, et on peut dire à juste raison que le film se passe de commentaires. Tout se résume dans une lutte pour la survie, où le chasseur devient le gibier, l'être civilisé qu'est l'homme blanc se retrouve confronté à une situation qu'il n'aurait sans doute jamais imaginé. Seul face à une nature sauvage et impitoyable, il devra revenir à l'aube de ses origines et puiser dans son mental pour arriver à sauver sa peau. Dormir à même le sol de la savane, avec des tigres et des lions pour voisins, capturer et manger des serpents, déjouer les pièges des Zoulous lancés à sa poursuite, et tout le temps fuir et encore fuir, en espérant enfin voir apparaitre les prémices de la civilisation, et quand celle çi survient par l'intermédiaire d'un village indigène où notre héros pense enfin que son salut est tout proche, alors une guerre d'ethnie prend le dessus et renvoie le malheureux à son point de départ.
Un film puissant, qui vous tient en haleine du début jusqu'à la scène finale.
Une leçon: l'homme aussi intelligent qu'il soit, n'est plus qu'un être fébrile et vulnérable quand il est placé seul et sans rien au milieu d'une nature sauvage, et dont il se faisait un malin plaisir à détruire peu de temps auparavant en bon civilisé qui se respecte. Il est devenu une " proie nue " !

Avatar du membre
Tecumseh
Modérateur
Messages : 18
Enregistré le : 14 févr. 2008, 22:28
Localisation : LE MANS

Re: La Proie Nue - The Naked Prey - 1966 - Cornel Wilde

Message par Tecumseh » 13 mars 2010, 15:43

Très belle découverte que ce film jusqu'alors totalement inconnu pour moi.

Je ne connaissais Cornel Wilde qu'à travers deux de ses westerns ( Tornade 1954, Two Flags West 1950 ) et là je le découvre à la fois acteur et réalisateur.

Personne et Longway, ont déjà exprimé en majeur partie mon opinion sur ce film. Le thème de ce dernier n'est pas sans me rappeler " Les chasses du Comte Zaroff", où l'homme sert de gibier à d'autres hommes. Les décors naturels de l'Afrique sont magnifiques et servent à merveille cette histoire dans laquelle seul les plus fort survivent, quoique la scène où nous voyons un guépard mis en déroute par un babouin nous montre que parfois il y a des exceptions.....

Pas de superflu, ni de temps mort. Une quasi absence de dialogue, les images se suffisent à elles-même et une violence qui si elle est présente n'est jamais outrancière.( les scènes dans le villages étaient peut-être impressionnantes pour l'époque, mais j'avoue avoir bien rigolé avec celle de la cuisson en "croûte" :) je n'aurai pas aimé être à sa place :? ).

Répondre