Les Bas-Fonds New Yorkais - Underworld U.S.A - 1960 - Samuel Fuller

Liste des films critiqués
Répondre
JEFF BAILEY
Messages : 40
Enregistré le : 29 avr. 2009, 22:33
Localisation : Epernay

Les Bas-Fonds New Yorkais - Underworld U.S.A - 1960 - Samuel Fuller

Message par JEFF BAILEY » 28 nov. 2009, 18:59

Image

Un film de Samuel Fuller avec Cliff Robertson (Tolly Devlin), Dolores Dorn (Cuddles) et Beatrice Kay (Sandy)

Résumé :

Encore enfant, Tolly Devlin a assisté au meurtre de son père par quatre tueurs dans une ruelle sordide. Dès cet instant, il ne songe qu'à se venger.
Adulte, il devient un perceur de coffres-forts réputé. En prison, le hasard le met en présence de l'un des assassins de son père, Farrar. A l'agonie, celui-ci lui révèle les noms de ses trois complices: Gela, Gunther et Smith qui sont maintenant chefs d'une bande dirigée par le redoutable Connors. Tolly parvient à s'attirer les bonnes grâces des gangsters et entre dans l'organisation. Il devient rapidement le compagnon de Gus, le tueur à gages, tout en entretenant des rapports secrets avec Driscoll, chef d'une Commission criminelle au sein de la police fédérale, qui espère démanteler la bande avec son aide.
Tolly sème subtilement le doute parmi les complices de l'organisation qui s'éliminent mutuellement tout en manipulant
aussi la police fédérale dont il utilise les informations non pas pour faire passer les membres de l'organisation devant la justice mais pour les éliminer. Une fois sa vengeance assouvie, Tolly veut abandonner et s'enfuir avec Cuddles qu'il a sorti des griffes de l'organisation criminelle mais juste avant de partir il décide de supprimer Connors pour empécher celui ci de les pourchasser. Un garde du corps le blesse grièvement alors que tout semble terminé. Après une fuite éperdue dans la ville, Tolly ira mourir sur les pavés d'une ruelle ténébreuse tout comme son père 10 ans plus tôt.

Image
Image
Image
Image

Encore une grande réussite du grand Sam...Dès la séquence d'ouverture, nous sommes plongé dans un univers glauque.
Tolly, adolescent livré à lui-même, vole le portefeuille d'un poivrot et alors qu'il s'apprête à en regarder le contenu et que
la police rode, il se le fait voler par un autre enfant qui le frappe violemment au visage...Peu après, alors qu'il s'est
réfugier chez sa belle-mère, ils sont alerté par des bruit venant de la rue. Son père, alors qu'il rentrait chez lui est battu à
mort sous ses yeux...Plus loi, on assiste au meurtre d'un enfant, écrasé par la voiture du tueur de l'organisation...

Le film est ponctué d'autres scènes mémorables, à commencer par toutes celles avec les 2 principaux personnages
féminins. D'abord, Sandy, la belle-mère, qui veille sur Tolly enfant puis le conseille et le sermone alors que celui-ci,
devenu adulte ne pense à rien d'autre qu'à assouvir sa vengeance en supprimant les meurtriers de son père. Elle
cherche en vain à le rapprocher de Cuddles que Tolly a sauvé du gang mais qu'il rejette. Ensuite, toutes les scènes
avec Cuddles, une droguée, qui s'est sans doute livrée à la prostitution. La belle Dolores Dorn était sans doute un peu
trop glamour pour un rôle comme celui ci mais toutes ses scènes avec Cliff Robertson sont absolument fascinantes.
Les rapports qu'ils entretiennent rappelleront ceux existant entre Richard Widmark et Jane Peters dans "Le port de la drogue"...

Une autre singularité de ce film, c'est que Fuller a manifestement choisit de nous montrer un crétin congénital à l'oeuvre
et c'est assez rare pour être signalé (depuis, les frères Coen sont arrivés pour prendre le relai). Il ne semble doué que
pour une seule chose, assouvir sa vengeance et parvient à ses fins en manipulant la police fédérale tout comme les
membres de l'organisation criminelle. Dans ce rôle assez ingrat, Cliff Robertson, s'en sort plutôt bien même si pour
moi, il est éclipsé par ses 2 partenaires féminines. Si ce film a un maillon faible, pour moi, c'est celui là. Pour le reste,
c'est un des chefs d'oeuvre de Samuel Fuller. Ma note : 9/10

Image
Image

Avatar du membre
Quinlan
Messages : 23
Enregistré le : 04 nov. 2007, 19:44

Re: Les Bas-Fonds New Yorkais - Underworld U.S.A - 1960 - Samuel Fuller

Message par Quinlan » 26 avr. 2010, 13:31

Pourquoi un "crétin congénital" ? C'est un type qui a grandi dans la rue et qui n'a sans doute pas d'éducation mais le fait qu'il réussisse à manoeuvrer tout le monde prouve le contraire non ?

Yza
Messages : 233
Enregistré le : 02 juin 2011, 08:53
Localisation : Enfer

Les bas-fonds New Yorkais- Underworld USA- Samuel Fuller (1960)

Message par Yza » 05 oct. 2012, 15:57

Très belle copie de ce film super- noir en noir et blanc (1. 85), au scènario limpide, direct, sans floriture, joué impécablement par des acteurs pas très connus, mais taillés pour... ::)

La corruption des grandes villes faite par des messieurs très chiques...payant leurs immpots, participant aussi aux oeuvres charitables, mais qui oublient que les mômes qui voient leurs pères envoyés au paradis devant leurs yeux, durcis après pas mal de culs de sac, ont de la mémoire bien froide...

Noêl Simsolo et Martin Scorsese sont aux menus des compléments...

DVD Z2, VO avec STF et VF, dans la série "Les introuvables" de Wild Side.

pass
Messages : 678
Enregistré le : 20 déc. 2014, 18:17

Re: Les Bas-Fonds New Yorkais - Underworld U.S.A - 1960 - Samuel Fuller

Message par pass » 28 déc. 2014, 14:37

Première représentation à Paris le 2 Août 1961 à l' " Avenue " , au " Capri " , au " Cinémonde-Opéra " , au " Miramar " , au " Mistral " et au " Ritz " en VF et VO .

Stark
Messages : 73
Enregistré le : 12 févr. 2017, 09:19

Re: Les Bas-Fonds New Yorkais - Underworld U.S.A - 1960 - Samuel Fuller

Message par Stark » 12 juin 2017, 22:27

Les spécialistes du film noir situent la fin du genre avec "En Quatrième Vitesse" ou "Le Coup de l'Escalier".

Il y a pourtant ce "Underword USA", postérieur aux "derniers" films noirs. J'ai même vu ce Fuller classé dans le livre de Paul Duncan comme néo-noir, étonnant, non?

Personnellement, "Undeworld USA" est véritablement un des derniers films noirs de l'Age d'Or, tout y est : personnage hanté par la vengeance depuis son enfance, meurtres violents, cinématographie expressionniste de Hal Mohr (il me semble qu'il s'agit même du dernier polar expressionniste de cet Age d'Or), corruption dans la Dark City, et plein de scènes avec la cynique Fuller's touch (Cliff Robertson trébuchant contre une poubelle sur laquelle est inscrite "keep your city clean").

Le dvd Wild Side est vraiment une tuerie.

Stark
Messages : 73
Enregistré le : 12 févr. 2017, 09:19

Re: Les Bas-Fonds New Yorkais - Underworld U.S.A - 1960 - Samuel Fuller

Message par Stark » 13 juin 2017, 12:18

erratum : dans le Paul Duncan, Underworld USA est étiqueté post-noir, années 60-70, et non néo-noir.

Répondre