Cry 'Havoc' - Richard Thorpe - 1943

Liste des films critiqués
Répondre
kiemavel1
Messages : 227
Enregistré le : 06 juin 2015, 11:49

Cry 'Havoc' - Richard Thorpe - 1943

Message par kiemavel1 » 19 nov. 2015, 00:46

=============
A Bataan, durant la seconde guerre mondiale, le lieutenant Smith (Margaret Sullavan) et sa supérieure hiérarchique le capitaine Marsh (Fay Bainter) reçoivent le renfort d'une dizaine d'infirmières inexpérimentées. Elle ne sont absolument pas préparées à ce qui les attend car certaines sont de très jeunes filles n'ayant jamais quittés leurs familles. Quand le camp de réfugiés sera bombardé par les japonais, la peur et leur isolement révèleront les personnalités, exacerbera les inimitiés mais finalement, à l'approche de la mort, cette expérience hors normes les aura rassemblés...

Une fois n'est pas coutume, Thorpe fait preuve d'un peu d'originalité et même d'audace dans sa mise en scène. Si l'ensemble est assez théâtral et statique, certains parti pris sont intéressants. Il n'y a pratiquement aucun dialogue prononcé par des hommes dans le film. A part quelques Arrrggghh ! un ou deux Aoucchh ! prononcés par quelques blessés, rien ou presque...Un homme a pourtant une certaine importance dans le récit. C'est un officier, le lieutenant Holt, dont Ann Sothern tombe amoureuse ce qui provoque l'hostilité de Margaret Sullavan envers elle sans que l'on sache pourquoi...sauf à la toute fin du film. Or, ce lieutenant Holt, si on en entend parler, si on entend sa voix une ou deux fois au travers d'une porte, on ne le voit jamais.

D'autre part, malgré une distribution nombreuse -les infirmières sont une douzaine- on apprend à les connaitre toute -au moins sommairement- et de manière un peu plus fine au moins 6 ou 7 d'entre elle. Dans les scènes d'ensemble, Thorpe est même assez habile pour montrer avec sa caméra les relations en train de s'établir entre les filles. Enfin, dans la séquence finale, on attend avec les infirmières l'arrivée des japonais dont on entend les voix parvenir dans les sous sols qui abritent l'hôpital de fortune mais encore une fois on ne les voit jamais. Thorpe s'arrête avant...car il était inutile d'aller plus loin.

Interprétation d'ensemble remarquable. Mention spéciale à Ann Sothern et Joan Blondell. Moins à Margaret Sullavan que pourtant j'adore mais pour une fois je trouve son interprétation un peu trop (inutilement) pathétique. Même si ce film est plutôt réussi, sur un sujet voisin on pourra préférer So Proudly We Hail (Les anges de miséricorde) de Mark Sandrich dont ce n'était pourtant pas le domaine de compétence habituel. Mais c'est néanmoins un bon film drama/War et sans doute un des meilleurs films de Richard Thorpe.

Pour l'anecdote, Marsha Hunt (Flo) est la dernière survivante de toutes les protagonistes du film. Elle vient d'avoir 98 ans. D'autre part, les plus observateurs reconnaitront Robert Mitchum parmi les soldats éclopés dans une courte scène. DVD gravé (vost). DVD zone 1 en VO pour CRY 'HAVOC' . DVD zone 1 avec vost pour le film de Mark Sandrich.

Avec Margaret Sullavan, Ann Sothern, Joan Blondell, Marsha Hunt, Ella Raines, Frances Gifford...

Avatar du membre
chip
Messages : 605
Enregistré le : 17 avr. 2007, 21:04

Re: Cry 'Havoc' - Richard Thorpe - 1943

Message par chip » 19 nov. 2015, 07:08

Patrick Brion nous avait offert ce film au cinéma de minuit, il y a bien longtemps.

Avatar du membre
U.S. Marshal Cahill
Modérateur
Messages : 371
Enregistré le : 17 avr. 2010, 18:14
Localisation : au nord de Strasbourg

Re: Cry 'Havoc' - Richard Thorpe - 1943

Message par U.S. Marshal Cahill » 19 nov. 2015, 20:14

ImageImage
CAHILL, UNITED STATES MARSHAL
ImageImageImage

Avatar du membre
pak
Messages : 206
Enregistré le : 26 nov. 2012, 19:21

Re: Cry 'Havoc' - Richard Thorpe - 1943

Message par pak » 19 nov. 2015, 20:24

Cry 'Havoc' comme Les anges de miséricorde sont presque des documents désormais, non pas forcément cinématographiques, mais historiques dans le sens où ils sont tournés quasi à chaud, pas forcément avec recul ou avec des infos complètes sur les évènements, comme dans un autre registre Les Tigres volants (Flying Tigers, 1942) de David Miller ou La Sentinelle du Pacifique (Wake Island, 1942) de John Farrow, et quelques autres...

La vision d'une Amérique en guerre, pas forcément dans des victoires à l'époque (Bataan concerné par Cry 'Havoc' ou l'île de Wake), un peu des "pourquoi nous combattons" mélangeant actualité et fiction...
Dans la guerre, il y a une chose attractive : c'est le défilé de la victoire. L'emmerdant c'est avant...

Michel Audiard

kiemavel1
Messages : 227
Enregistré le : 06 juin 2015, 11:49

Re: Cry 'Havoc' - Richard Thorpe - 1943

Message par kiemavel1 » 19 nov. 2015, 22:31

chip a écrit :Patrick Brion nous avait offert ce film au cinéma de minuit, il y a bien longtemps.
C'est là que je l'ai découvert il y a 10 à 15 ans minimum. Je ne sais pas si tu le connais mais je recommande l'autre film "d'infirmières en temps de guerre", cad celui de Mark Sandrich édité jadis par les éditions Montparnasse dans la collection rko. (mais le DVD US était plus beau et avec la vost...)

kiemavel1
Messages : 227
Enregistré le : 06 juin 2015, 11:49

Re: Cry 'Havoc' - Richard Thorpe - 1943

Message par kiemavel1 » 19 nov. 2015, 22:56

pak a écrit :Cry 'Havoc' comme Les anges de miséricorde sont presque des documents désormais, non pas forcément cinématographiques, mais historiques dans le sens où ils sont tournés quasi à chaud, pas forcément avec recul ou avec des infos complètes sur les évènements, comme dans un autre registre Les Tigres volants (Flying Tigers, 1942) de David Miller ou La Sentinelle du Pacifique (Wake Island, 1942) de John Farrow, et quelques autres...

La vision d'une Amérique en guerre, pas forcément dans des victoires à l'époque (Bataan concerné par Cry 'Havoc' ou l'île de Wake), un peu des "pourquoi nous combattons" mélangeant actualité et fiction...
Remarques tout à fait justes.

Plus du tout dans cette veine semi-documentaire / témoignages à chaud que tu évoquais à juste titre mais dans le film carrément politiquement engagé, pour convaincre si besoin était du bien fondé de l'intervention américaine dans le Pacifique après Pear Harbor…Des films ont montré l'avant…Par exemple dans Le défilé de la mort (China), encore un John Farrow. Ce film ne montre pas les débuts incertains de la guerre du pacifique à une époque ou l'armée américaine reculait devant les Japs mais l'avant Pearl Harbor. À travers le portrait d'un aventurier américain installé dans la Chine occupée par les japonais, Farrow fait le portrait critique d'un homme qui sous couvert de neutralité (cling-cling) est en fait un profiteur de guerre (il trafique du carburant avec les japs) …et au terme d'un long parcours, il finira par être le premier américain a rentrer en guerre avec ses ex partenaires en affaires ::) (puisque l'action est censé se passer en 1941) Final sans concessions "héroïco-tragique". Un bon Farrow avec un de ses acteurs fétiches : Alan Ladd

Répondre