Les Fanfares de la Gloire (Tunes of Glory) Ronald Neame 1960

Liste des films critiqués
Répondre
Avatar du membre
guybos
Messages : 42
Enregistré le : 22 août 2009, 07:33
Localisation : Pearl Harbor

Les Fanfares de la Gloire (Tunes of Glory) Ronald Neame 1960

Message par guybos » 31 oct. 2009, 20:13

Voilà un excellent film décrivant la vie dans un régiment de Highlanders en Ecosse. Le colonel commandant le régiment part en pension et c'est le colonel 'Jock' Sinclair (l'impeccable Sir Alec Guinness) qui assume le commandement jusqu'à l'arrivée de son successeur. Sinclair est veuf et a une fille, Morag (interpretée par la jeune Susannah York). C'est un homme autoritaire, bourru, brusque, pas raffiné mais sentimental. Il mène son régiment à la baguette. Il est issu des rangs et n'a pas fait d'académie militaire pour arriver à son grade. il est colonel grace à ses actes de bravoure pendant la guerre. Un fanatique des reels (dances écossaises) de régiment et de cornemuse (joué par les 'Pipers'), il pousse les entrainements à l'extrême pour les prochaines fêtes de régiment où il veut prouver qu'il est le meilleur leader que le régiment aie jamais connu. En pleine répétition arrive le nouveau commandant du régiment : le colonel Barrow (l'excellent Sir John Mills) et rapidement c'est le conflit entre les deux hommes. Barrow est un homme cultivé, ayant fait des études mais n'ayant pas d'expérience sur le terrain et cela ne plait pas à Jock Sinclair. S'en suivent une cascade d'incidents entre les deux hommes. En même temps les amours de Morag causent des soucis complémentaires au Colonel Sinclair, qui dépasse les bornes de l'acceptable dans sa réaction. Le colonel Barrow veut le trainer en cour martiale et s'en suit une surenchère d'évènements dramatiques qui résultent dans le suicide du plus faible et dans la perte de la raison du plus fort.
Résultat : dans ce jeu il n'y a pas de gagnants, tout le monde est perdant.

Le jeu d'acteurs est d'un niveau inégalé et même si le thème peut être désuet, il fascine. Outre Alec Guinness, John Mills et Susannah York, il faut aussi mentionner : Dennis Price, Gordon Jackson, John Fraser et Kay Walsh.
La cornemuse est omniprésente dans le film, mais cela ne gène pas, car le jeu d'acteurs et l'ambiance et la cornemuse ne font qu'une entité. La musique n'est donc pas complémentaire au film, elle en fait partie à part entière.
Le film fut tiré du célèbre roman de James Kennaway et réalisé par Ronald Neame, qui avait déjà été plusieurs fois nominé aux Oscars.

Bref un film à voir en dégustant un bon Scotch, bien relax devant le feu ouvert...

Guybo.

Voici quelques photos du film pour votre plaisir visuel :
Photo 1 : Le livre de James Kennaway, Photo 2 : Scène du film où le colonel Sinclair (Alec Guinness) défie le colonel Barrow (John Mills) derrière lui sous le regard de Gordon Jackson (homme blond à gauche), Photo 3 : Susannah York s'entraine et flirte avec les garçons du régiment, Photo 4 : photo publicitaire de Susannah York, Photo 5 : Le colonel Sinclair réalise qu'il a tout perdu et perd la raison...
Image
ImageImageImageImage
'Well, Rick, you're not only a sentimentalist, but you've become a patriot'
'Maybe, but it seemed like a good time to start'
Captain Renault (Claude Rains)s'adressant à Rick (Humphrey Bogart) dans Casablanca 1943.

Avatar du membre
guybos
Messages : 42
Enregistré le : 22 août 2009, 07:33
Localisation : Pearl Harbor

Re: Les Fanfares de la Gloire (Tunes of Glory) Ronald Neame 1960

Message par guybos » 03 nov. 2009, 20:41

Amis cinéphiles,

Voici la jacquette du DVD anglais.
Guybo.

Image
'Well, Rick, you're not only a sentimentalist, but you've become a patriot'
'Maybe, but it seemed like a good time to start'
Captain Renault (Claude Rains)s'adressant à Rick (Humphrey Bogart) dans Casablanca 1943.

pass
Messages : 683
Enregistré le : 20 déc. 2014, 18:17

Re: Les Fanfares de la Gloire (Tunes of Glory) Ronald Neame 1960

Message par pass » 28 déc. 2014, 22:31

Première représentation à Paris le 6 Janvier 1961 au " Madeleine " et au " Mercury " en VO .

Coupe Volpi d' Interprétation à la Biennale de Venise 1960 à John Mills .

Répondre