[11/09/2019] Condamné au silence (LCJ)

On parle ici des DVD zones 2, des site qui les vendent, des promotions, ... Vous pouvez mettre vos critiques de DVD.

Planning des sorties
Répondre
Avatar du membre
pak
Messages : 415
Enregistré le : 26 nov. 2012, 19:21

[11/09/2019] Condamné au silence (LCJ)

Message par pak » 02 sept. 2019, 18:22

Voilà un film que les amateurs de films d’aviation attendaient. Hélas, c'est l'éditeur LCJ qui s'y colle, et double hélas, alors que le film est disponible en Blu-ray aux États-Unis par Olive Films depuis le 30 juillet 2013, et nos voisins espagnols ont pu en profiter aussi (mais évidemment pas de français).

Ce film d'Otto Preminger sorti en 1955 n'est pas vraiment un film de guerre, puisque le récit se déroule à l'entre-deux guerres, et le héros joué par Gary Cooper est décédé en 1936. Le scénario revient sur l'opposition du général William "Billy" Mitchell, pilote et pionnier de l'aviation militaire américaine.

C'est en 1917, en France, qu'il comprit l'importance de l'aviation, étudiant de près ses alliés qui avaient alors de vraies forces aériennes. Brigadier général, il fut à la tête de l'ensemble des unités américaines de combat aérien en France. Après l'armistice, il va se heurter à sa hiérarchie. En fait, malgré la guerre, l'état-major américain n'a pas de suite compris ce que l’aviation pouvait apporter à la tactique militaire. Et ça s'est confirmé dès le retour de Mitchell au pays, quand le commandement de l'aviation est confié, non pas à lui, ni même à un aviateur, mais à un général venant de l'infanterie, confirmant ainsi le fait que l'aviation devait rester sous le commandement des forces terrestres. Une hérésie, alors qu'en Europe, l'aviation était déjà une force indépendante.

Il n'arrivera jamais à imposer son point de vue, irritant de plus en plus les hauts gradés. Il sera d'abord rétrogradé au rang de colonel, puis mis dans un placard. Mais ne pouvant s'empêcher de l'ouvrir, il finira par passer en court-martiale pour insubordination, sur la demande du président himself.

Il faudra attendre le déclenchement de la seconde guerre mondiale pour voir sa réputation réhabilitée face à la réalité des évènements, mais il ne le verra pas, décédant en 1936 des complications générées par une grippe.

Une personnalité qui ne pouvait que séduire Otto Preminger peu amène à rentrer dans le rang, qui n'aimait pas trop la contradiction. Un sujet dans lequel il a forcément mis de lui-même, tout comme dans la caractérisation du personnage principal. De plus, avec ce film, et déjà un peu avec son précédent, L'Homme au bras d'or (The Man with the golden arm), dans lequel il évoque le monde de la drogue, Preminger entame un virage vers des scénarios plus solennels, plus axés sur des sujets à thème, et ce durant plusieurs films avant de revenir vers le film noir en 1965 avec Bunny Lake a disparu, après lequel, hélas, ses films suivants seront moins réussis ou auront peu d'impact.

Condamné au silence n'est pas non plus l'un de ses films les plus cités, peut-être à cause de son caractère militaire, même si bien-sûr le propos de l'auteur n'est pas d'insister sur l'importance du pays d'avoir une aviation à la hauteur de son rang mondial (et de toutes manières, après 1945, l'aviation militaire américaine est devenue une arme puissante et dominante, ce qu'elle est toujours de nos jours), non ce qui l'intéresse c'est l'individu qui se dresse contre l'autorité, quitte à se prendre un mur d'ignorance et de mépris, lui qui a fini par se produire lui-même, du fait des concessions qu'il a dû faire face aux studios, à des gens comme le puissant et intrusif Zanuck, à des institutions comme la "Catholic Legion of Decency" qui l'obligea à quelques coupes de son film Ambre.

Si l'aviation ne vous intéresse pas, il reste l'interprétation de Gary Cooper, il n'y a pas mieux pour camper des personnages droits comme un I, dégageant une sorte d'aura de noblesse d'âme, semblant être habillé d'une dignité que rien ne peut salir, pas même des imbéciles.

Alors réjouissons-nous de la parution de ce titre, même si uniquement en DVD, et par LCJ. En espérant que la VO est présente, car si le dos de la jaquette provisoire indique que oui, DVD.fr et Amazon ne signalent qu'une VF. Ce serait une hérésie mais LCJ n'en est pas à son coup d'essai sur ce sujet.

De plus cette même jaquette indique un format respecté 1:37 alors que les supports Blu-ray parus par ailleurs indiquent un format 2:55, ce que confirme IMDb.

Pas de suppléments annoncés, mais on est chez LCJ, donc si déjà la VO est présente et le format est respecté, ce sera déjà pas mal...

Prévu dans les bacs le 11 septembre.


Image


Le dos de la jaquette citée :
Image
Dans la guerre, il y a une chose attractive : c'est le défilé de la victoire. L'emmerdant c'est avant...

Michel Audiard

Répondre