[06/03/2019] La 317ème section (Studiocanal)

Répondre
Avatar du membre
pak
Messages : 368
Enregistré le : 26 nov. 2012, 19:21

[06/03/2019] La 317ème section (Studiocanal)

Message par pak » 14 mars 2019, 15:23

Avant d'être un film, La 317ème section fut un roman de Pierre Schoendoerffer dans lequel l'auteur puise largement dans son expérience vécue, ayant été militaire au Service cinématographique des armées, parti en Indochine y filmer la guerre, pour se retrouver dans la funeste cuvette de Diên Biên Phu et y vivre sa chute, et finir prisonnier de guerre en mai 1954 (il sera libéré en janvier de l'année suivante).

Alors la guerre, il connait quand il l'écrit. Et quand il la filme 10 ans après sa libération.

C'est pourquoi son film est d'un réalisme peu égalé, expurgé de tout romantisme hollywoodien. Mais cela n'empêche pas l'empathie, celle de l'auteur pour ses personnages. Bien que fictifs, l'officier et le sous-officier, mais aussi les autres, soldats et supplétifs, il les a connu, il les connait. Il a partégé leur sort, bon et mauvais. Il a vécu avec eux, il a souffert avec eux, il en a vu mourir. Et ça se ressent dans ce film pas aussi distant que son style documentaire laisse paraitre.

Ce qui en fait un des plus grands films de guerre français, et l'un des plus authentique du Monde, car loin des effets spéciaux actuels, c'est sûrement l'un de ceux qui se rapprochent le plus de ce qu'est la réalité de la guerre.


C'est pourquoi il est étrange que Studiocanal réédite le film de manière si discrète (la faute à son N&B ? ), pour la première en haute définition, et uniquement disponible dans les enseignes de la FNAC (quelle stupidité ces "exclusivités FNAC" ! ). Le film est dans les bacs depuis le 6 mars, mais il est dommage que Studiocanal traite ce film par-dessus la jambe (aucun supplément proposé).


A noter que sortent en même temps en Blu-ray deux autres films de Schoendoerffer : Le Crabe tambour et Diên Biên Phú.


Image
Dans la guerre, il y a une chose attractive : c'est le défilé de la victoire. L'emmerdant c'est avant...

Michel Audiard

Répondre