[06/03/2019] Week-end à Zuydcoote (Studiocanal)

Répondre
Avatar du membre
pak
Messages : 415
Enregistré le : 26 nov. 2012, 19:21

[06/03/2019] Week-end à Zuydcoote (Studiocanal)

Message par pak » 19 mars 2019, 19:36

Week-end à Zuydcoote est brièvement revenu dans l'actualité des cinéphiles en décembre 2017, lorsque le film de Christopher Nolan, Dunkerque, sortit dans nos salles.

La question la plus souvent soulevée était le réalisme comparé entre les deux films donnant leur vision des évènements historiques qui se déroulèrent en 1940 sur les plages du Nord. Et il faut bien l'admettre, la représentation qu'en fait à l'écran Henri Verneuil est quand même plus proche de ce qu'on connait à travers les photos et films d'actualités d'époque. Mais c'est un faux débat, car les deux films n'ont rien de commun si ce n'est le contexte historique. Nolan était dans le symbolisme d'une bataille encore très ancrée dans l'esprit des anglais, et sa réflexion était doublée d'une formidable expérience immersive qu'une télévision aura bien du mal à faire ressentir.

La télé, par contre, n'altère pas la vision de Verneuil, d'ailleurs le film a été de nombreuses fois diffusé sur les chaines françaises depuis sa sortie en salles. L'auteur offre un grand spectacle, à une époque où seuls les américains, avec épisodiquement, en moins riches, leurs copies italiennes, étaient capables de financer de grandes fresques guerrières. Bon, je suis injuste, l'URSS de la guerre froide produisait aussi de gros films de guerre, mais rideau de fer oblige, ce n'était pas des sorties en fanfare dans l'Ouest comme celles de La Grande évasion ou Les 12 salopards.

Verneuil, sans complexes, va ici entamer sa période gros budgets, qui donnera le jour à des réussites comme La Bataille de San Sebastian, Le Clan des Siciliens, Le Serpent... Des réalisations qui se hisseront techniquement au niveau du cinéma hollywoodien, sans perdre sa sensibilité européenne. Il alterne scènes d'action avec d'autres plus intimes, n'oubliant pas de dessiner des personnages attachants noyés dans des évènements qu'ils ne cherchent même plus à comprendre.

Si vous vous baladez un jour sur les plages au Nord de Dunkerque, vous pourrez encore voir quelques vestiges du tournage, le plus voyant étant l'hôpital que l'on voit en flammes dans le film. Un petit moment de balade (il existe un chemin de randonnée) nostalgique avec une petite pointe d'émotion à imaginer qu'Henri Verneuil, Jean-Paul Belmondo, Catherine Spaak, Jean-Pierre Marielle, Pierre Mondy ou Marie Dubois ont mis leurs pas là où vous posez vos pieds...

Mais à défaut d'affronter la météo du Nord, Studiocanal vous propose de revivre le film en HD, hélas dans une édition dépouillée, alors que la première édition DVD de 2001 du même éditeur contenait une interview d'Henri Verneuil et Jean-Paul Belmondo, ce qui était peu, mais c'était déjà ça. Dispo uniquement chez une seule enseigne, comme beaucoup de rééditions HD Studiocanal.



Image



Dans la guerre, il y a une chose attractive : c'est le défilé de la victoire. L'emmerdant c'est avant...

Michel Audiard

Répondre