Interview de Jerry Lewis

Répondre
Avatar du membre
Personne
Messages : 8369
Enregistré le : 15 janv. 2005, 16:10
Localisation : Atlantic City

Interview de Jerry Lewis

Message par Personne » 22 mars 2006, 12:41

A l'occasion de la sortie de son livre de souvenirs sur lui et son ami Dean Martin.

http://www.20minutes.fr/articles/2006/0 ... z_vous.php

Pourquoi publier ces souvenirs aujourd'hui ?

J'ai commencé à l'écrire quand Dean Martin est mort. La douleur que son décès m'a causée était si puissante que j'avais besoin de l'extérioriser. Il m'a fallu dix ans pour parvenir à tout extirper.

Qu'est-ce qui a été le plus difficile ?

Choisir parmi toutes les anecdotes. Le manuscrit était beaucoup trop long. Mais je publierai une suite qui s'appellera « Ce que je n'ai pas pu mettre dans le premier livre ».

Qu'aimiez-vous le plus chez Dean Martin ?

Son sens de la répartie, son humour, la façon dont il savait me cadrer. Je ne dirai jamais assez à quel point nos années ensemble [entre 1943 et 1956] ont été importantes pour moi.

Comment le livre a-t-il été reçu aux Etats-Unis ?

Mieux que la plupart de mes films. En fait, les critiques américains n'ont commencé à m'apprécier qu'avec King of Comedy, de Martin Scorsese, parce qu'ils estimaient que j'arrêtais enfin de faire le clown. Heureusement que des pays comme la France m'ont toujours soutenu !

Avez-vous souffert de ce manque de reconnaissance de la critique ?

Pas du tout car le public était au rendez-vous. Quel plaisir quand quelqu'un m'arrête dans la rue en me remerciant d'avoir éclairé son enfance ! Cela vaut tous les articles élogieux.

Que pensez-vous du Hollywood actuel ?

Tout est tenu par des crétins qui ne pensent qu'à l'argent. Autrefois, les producteurs n'étaient pas toujours faciles, mais c'étaient des êtres humains, pas des corporations.

Vous continuez à aller au cinéma ?

Bien sûr, mais je me renseigne avant. Quand j'étais plus jeune, j'étais toujours sûr de passer un bon moment.

Recueilli par Caroline Vié


©2006 20 minutes

Avatar du membre
Personne
Messages : 8369
Enregistré le : 15 janv. 2005, 16:10
Localisation : Atlantic City

Message par Personne » 22 mars 2006, 12:44

Aussi n'oublions pas que :

http://www.latribune.fr/News/News.nsf/A ... enDocument


Jerry Lewis distingué en France pour ses 80 ans

Le jour de ses 80 ans, l'acteur américain Jerry Lewis a été élevé jeudi au grade de commandeur dans l'ordre de la Légion d'honneur par le ministre de la Culture Renaud Donnedieu de Vabres.

Fidèle à son habitude, c'est à un véritable numéro burlesque auquel s'est livré Jerry Lewis avant de recevoir sa distinction, remise par le ministre au nom du président de la République.

Baillant, jetant des clins d'oeil aux photographes, levant les yeux au ciel devant les feuillets restants à lire du discours fleuve du ministre, où, faisant mine de s'endormir puis de se réveiller en sursaut, Jerry Lewis était en phase avec le compliment du ministre, qui a rappelé son talent pour "les excentricités les plus inattendues, les exclamations les plus incohérentes, les acrobaties ou les dislocations les plus bizarres".

Le ministre a également rappelé le parcours hors pair du comique, dont les premiers succès cinématographiques ont d'abord trouvé leur écho en Europe et plus particulièrement en France, notamment grâce à son rôle dans "Jerry souffre-douleur" en 1964.

M. Donnedieu de Vabres a également salué l'engagement humanitaire de l'artiste, considéré comme l'inventeur du Téléthon, qu'il anime chaque année en septembre aux Etats Unis, "une implication qui l'a fait devenir, en 1987 président d'honneur de l'Association française contre les myopathies (AFM)".

Jerry Lewis est également porte-parole de l'Unicef au sein de laquelle il milite contre le racisme et son nom a déjà été proposé pour le prix Nobel de la paix.

Terminant son discours devant un public hilare, le ministre a lancé un "Happy birthday Jerry", avant que le journaliste Pierre Bouteiller n'entame au piano le célèbre hymne, alors qu'un immense gâteau d'anniversaire était amené sur place.

"Après avoir écouté Renaud (Donnedieu de Vabres) pendant quatre heures, au point que j'ai bien cru devoir me raser à nouveau, je veux rendre à travers cette médaille un hommage spécial au peuple français", a répondu Jerry Lewis, toujours gesticulant, s'exprimant en anglais, et s'excusant "de ne pas parler mieux français, malgré (ses) nombreux séjours en France".

"Les Français sont le meilleur peuple au monde", a conclu le récipiendaire, "car ils n'ont jamais perdu leur sens de l'humour, une thérapie qui soigne tous les maux de la terre, y compris l'Irak". AP

rao/jba/mw

Avatar du membre
Personne
Messages : 8369
Enregistré le : 15 janv. 2005, 16:10
Localisation : Atlantic City

Message par Personne » 22 mars 2006, 12:45

J'allais oublier:

Dean et moi, de Jerry Lewis et James Kaplan, traduction d’Yves Sarda, Flammarion, 334 pages, 19,90 euros.

Avatar du membre
Jerry Lewis
Messages : 407
Enregistré le : 09 juil. 2005, 13:37
Localisation : Paris
Contact :

Message par Jerry Lewis » 01 avr. 2006, 14:48

Merci bien.....


Tant d'honneur !!!!!! :D

Avatar du membre
Personne
Messages : 8369
Enregistré le : 15 janv. 2005, 16:10
Localisation : Atlantic City

Message par Personne » 07 janv. 2008, 15:40

Personne a écrit :J'allais oublier:

Dean et moi, de Jerry Lewis et James Kaplan, traduction d’Yves Sarda, Flammarion, 334 pages, 19,90 euros.
Mon livre de chevet en ce moment! Un seul mot : génial! :D

Comment ces deux là ce sont connus, leurs débuts à Atlantic City, l'arrivée à Hollywood...

8)

Répondre