[06/02/2018] La Vallée de la terreur / La Fille, l'amour et les bandits (Rimini)

On parle ici des DVD zones 2, des site qui les vendent, des promotions, ... Vous pouvez mettre vos critiques de DVD.
Planning des sorties
Répondre
Avatar du membre
pak
Messages : 278
Enregistré le : 26 nov. 2012, 19:21

[06/02/2018] La Vallée de la terreur / La Fille, l'amour et les bandits (Rimini)

Message par pak » 29 déc. 2017, 13:46

Rimini déterre une rareté, La Vallée de la terreur (Camino cortado) d'Ignacio F. Iquino (1955).

Une coproduction germano-espagnole, sortie en province le 03/07/1957 avec interdiction aux moins de 16 ans, qui eu droit à une reprise parisienne le 30/04/1969 sous le titre La Fille, l'amour et les bandits frappé carrément d'une interdiction aux mineurs... A cause du décolleté de l'actrice ?


Autre cocasserie, Rimini l'édite dans sa collection "Les invisibles du cinéma Français" alors qu'il n'a rien de français, même pas au moins par les interprètes... :?:

Et uniquement une VF ( :evil: ), sans aucun contenu supplémentaire que le film.

Image

Perso, connais pas, mais il y a l'allemande Laya Raki jamais avare de son effectivement bien fourni décolleté... qui posa souvent en bikini, et jouait les utilités genre danseuses gitanes au début des années 1950 avant d'avoir de vrais rôles vers 1955 jusqu'en 1965-66. Ce fut en quelque sorte la Jayne Mansfield allemande, mais en brune. Elle poussa aussi la chansonnette dans les années 1960. Mais pour la bimbo allemande, le succès ne fut pas au rendez-vous et elle stoppa sa carrière au milieu des années 1960 après s'être installée aux États-Unis pour y tenter sa chance qui ne vint pas, malgré ses tentatives d'attirer l'attention lors de festivals ou de premières. Mais elle y suivi surtout son mari, l'acteur australien Ron Randell qu'elle épousa en 1958, et ce jusqu'au décès de ce dernier en 2005.

Image

Allez, qu'est-ce qui faut pas faire pour vendre un film :lol: :


Dans la guerre, il y a une chose attractive : c'est le défilé de la victoire. L'emmerdant c'est avant...

Michel Audiard

Répondre