Sale temps pour un flic (Code of silence) - Andrew Davis - 1984

Liste des films critiqués
Avatar du membre
pak
Messages : 212
Enregistré le : 26 nov. 2012, 19:21

Sale temps pour un flic (Code of silence) - Andrew Davis - 1984

Message par pak » 17 nov. 2017, 18:05

Sale temps pour un flic (Code of silence)
Andrew Davis (1984)

Image

Interprètes principaux :

Chuck Norris (Eddie Cusack)
Henry Silva (Luis Comacho)
Dennis Farina (Dorato)
Bert Remsen (Commander Kates)
Mike Genovese (Tony Luna)
Nathan Davis (Felix Scalese)
Ralph Foody (Cragie)
Allen Hamilton (Pirelli)
Ron Henriquez (Victor Comacho)
Joe Guzaldo (Nick Kopalas)
Molly Hagan (Diana Luna)
Ron Dean (Brennan)
Wilbert Bradley (Spider)
Gene Barge (Music)
Mario Nieves (Pompas)
Miguel Nino (Efren)
Ronnie Barron (Doc)
Joseph F. Kosala (Kobas)...

Scénario : Michael Butler, Dennis Shryack, Mike Gray et John Mason

Musique : David Michael Frank

Production : Raymond Wagner et Eric Pleskow / Orion Pictures et Raymond Wagner Productions

Distribué par Orion Pictures (États-Unis) / 20th Century Fox (France)


Sortie USA : 03/05/1985 - Sortie France : 17/07/1985



Le sujet : Un policier de Chicago est pris au milieu des guerres de gangs, alors que ses collègues lui reprochent d'avoir brisé la loi du silence en dénonçant des représentants de la loi corrompus...


Ce que j'en pense :

Sale temps pour un flic, ce n'est pas un bulletin météorologique déconseillant aux membres des forces de l'ordre de mettre un pied dehors... Non, c'est un polar urbain qui a la particularité d'être un film regardable avec du Chuck Norris dedans. L'ami Chuck revient en fait au genre de son ascension, c'est-à-dire le polar musclé plein d'action (ne vous attendez pas à une enquête poussée basée sur des indices et analyses, on n'est pas chez Columbo quand même). Le film sortira après les deux premiers Portés disparus, et juste avant ce qui sera l'un de ses plus gros succès, l'inénarrable Invasion U.S.A. et ses envahisseurs communistes. En fait l'année 1985 sera un peu son apogée, avec successivement les sorties aux États-Unis de Portés disparus 2 en mars, Sale temps pour un flic en mai, et Invasion U.S.A. en septembre. Dans ce trio de films, Sale temps pour un flic est qualitativement au-dessus des deux autres. Cela doit être dû au fait que le script fut d'abord proposé à Clint Eastwood pour être le quatrième épisode des tribulations d'Harry Callahan (d'ailleurs le titre du script fut un temps titré Dirty Harry IV : Code of silence), mais l'acteur, qui n'a pas été super emballé, le refusera car l'estimant trop proche de ce qu'il avait déjà fait avec ce personnage, et il optera pour un autre scénario qui deviendra Sudden impact. Le script fut aussi proposé à Kris Kristofferson afin de relancer sa carrière après le bide financier énorme de La Porte du paradis de Michael Cimino, mais l'acteur le refusa aussi, le trouvant trop violent et il préféra tourner dans Flashpoint de William Tannen, première production cinématographique de HBO : pas certain que ce choix ait été meilleur... William Tannen qui réalisera par ailleurs en 1988 Héros, un autre polar avec notre Chuck, film qui avait presque eu bonne presse à sa sortie...

Toujours est-il que le projet finit par tomber entre les papattes velues de Chuck Norris, juste avant qu'il ne signe un pacte avec le diable, ou du moins les diables, j'ai nommé Menahem Golan et Yoram Globus de la Cannon pour un premier contrat de cinq films, celui-ci étant produit par Orion Pictures (la même firme qui a produit Terminator, Robocop, Platoon... certes pas du cinéma fleur bleue, mais du haut de gamme tout de même dans le genre action).

L'esthétique du film est directement inspirée des polars de la fin des années 1960, début des années 1970, et on sent que les scénaristes ont bien regardé des films comme Bullitt, French connection ou Serpico. Par contre, la musique, visiblement jouée sur un clavier Bontempi (et je découvre d'ailleurs que la marque fête ses 80 ans en 2017 ! ) que le compositeur a piqué à son gamin, situe irrémédiablement le film dans les années 1980, époque où on jouait sur clavier comme un flic tapant à la machine à écrire, avec deux doigts donc, le tout accompagné d'une boite à rythme... Et ce dès le début, où en même temps, on voit sur l'écran Chuck jouer les éboueurs avec un professionnalisme appliqué (une vocation contrariée ? ). Bon, en fait, l'est infiltré et est en train de monter un flag sur une livraison de drogue, car avec les barbares communistes et les salauds de terroristes, les pourritures de trafiquants sont les cibles privilégiées de l'administration Reagan, et donc de Norris.

Alors donc, Chuck, alias Eddie Cusack dans le film, qui met des pulls alors que tout le monde est en chemise, avec le holster par dessus, pour faire plus cool attitude à la Steve McQueen tendance Bullitt, d'ailleurs son perso conduit une belle caisse sportive à l'image de Bullitt et de sa Ford Mustang Fastback (ici une Pontiac Firebird), il a ses références le monsieur, se prépare à tomber sur le paletot de types franchement louches occupés à une transaction de drogue. Cusack ramasse donc les poubelles avec un manque de conviction pour une fois idéal pour ce métier ingrat mais nécessaire, et ses collègues sont en planque tout autour, ce qui provoque la première réplique mémorable du film, quand un des flics voit un de ses potes trépigner sur place et lui demande pourquoi il est nerveux, l'autre répond "Non, je ne suis pas nerveux, c'est juste que j'ai envie de pisser, c'est tout... ". Mouarf !

Image
Qui est l'idole de qui ?

Mais, manque de bol, ça tourne mal car des zigotos volent l'argent du deal et descendent tous les trafiquants. Le flagrant délit, et donc l'enquête de notre Eddie, en prennent alors un méchant coup, et en plus ça met en rogne le propriétaire de la dope, le trafiquant Camacho qui a les traits découpées à la serpe d'Henry Silva. Et faut pas l'énerver Henry Silva, même s'il va mourir. Ben oui, Silva, c'est le méchant en chef, et le méchant, dans les films d'action américains, il meurt toujours à la fin. Avant d'en arriver là, il va tout de même bien mettre le bordel, mais aussi faire de grosses bourdes, car il y en a un autre qu'il ne faut pas énerver, et il est adepte des arts martiaux ! Par exemple, non content d'enlever une jeune fille qui est sous la protection de notre flic aux grosses cuisses, il va en plus descendre son meilleur ami. Et ça, c'est a fucking fatal error. Leur première rencontre est d'ailleurs marrante... Silva / Camacho promet à Norris / Cusack qu'un jour il lui offrira une cravate colombienne (en gros, on vous tranche la gorge, et on en sort la langue, c'est très seyant), ce à quoi ce dernier répond pourquoi ne pas le faire maintenant (ah oui, on est à ce moment-là dans un hôpital public bondé, on n'ose imaginer le massacre si le bad boy avait relevé le défi direct... Mais bon, les scénaristes n'ont pas osé, Chuck ne se battant pas au milieu d'innocents). On sent toutefois bien la franche estime que se portent ces deux-là... D'ailleurs, chose inhabituelle dans un film de Norris, l'humour est récurrent, mais du vrai hein, pas de l'involontaire provoqué par le ridicule (mais il y en a aussi, j'y reviendrai, on est chez Norris tout de même).

Image
- Tu veux une cravate colombienne ?
- Tu veux ma photo ?

Parallèlement à cette sordide histoire de drogue, se dessine aussi une dénonciation des bavures policières à travers un flic qui descend par erreur un gamin et qui lui glisse en douce une arme. Une jeune recrue le voit et en parle à Cusack. Droit comme un i, i comme imperturbable, comme son jeu d'acteur, il ira témoigner contre son collègue, ce qui ne plaira pas du tout aux autres, de collègues. S'en suivra un des moments les plus ridicules du film, où, alors qu'il demande du renfort, pas un flic ne bougera le petit doigt (bonjour la solidarité) , car un flic ne témoigne pas contre un flic (d'où le titre original du film). Alors pour affronter la horde de méchants, notre Cusack va s'aider d'un... robot ! Et là on meurt de rire (l'humour involontaire, donc).

Image
C'est moi Nono, le petit robot, l'ami de Norris...

Car si le film était jusque là assez crédible, cette apparition absurde d'un robot télécommandé, sorte de précurseur de Robocop, mais en plus ringard, détruit toutes les ambitions de réalisme du réalisateur. Pourtant, celui-ci fait du boulot correct. Né et ayant grandi à Chicago, lieu du tournage, il connaît bien sa ville et trousse de bonnes séquences d'extérieurs, notamment une poursuite sur un métro directement pompée sur celle de Peur sur la ville d'Henri Verneuil, ou une autre, en automobile, à l'ancienne, sur les rues couvertes de Michigan Avenue et alentours (là encore, merci Bullitt, avec certains plans identiques, même si c'est nettement moins spectaculaire et plus court).

Image
Sale temps pour un flic vs Bullitt

Il y a des éléments assez cocasses dans ce film. Par exemple on colle à Cusack un bleu comme coéquipier, sorte de clone raté de Sarkozy jeune, qui ne lui sert strictement à rien puisqu'il agit comme s'il n'existait pas. Il y a aussi une scène franchement drôle où deux malfrats braquent un bar... rempli de flics !

Image
Y a finalement plus couillon que Chuck...

Les dialogues par contre, sont souvent dignes d'une cour de primaire. Citons ce mafieux disant à son chef : "Mais t'es fou dans ta tête ? " (c'est vrai qu'il pourrait être fou dans ses genoux ou dans l'avant-bras). Réplique qu'on a du mal à imaginer sortant de la bouche d'un gangster d'une quarantaine d'années. Ou ce garde du corps s'interposant entre son patron et Chuck en disant à ce dernier : "Qu'est-ce que tu viens foutre là toi ? Va te laver le cul ! ". Autant dire que notre héros ne va pas bien prendre ces doutes émis sur son hygiène anale. Le sbire aurait dû le savoir : Chuck Norris n'a pas besoin de se laver, la saleté a trop peur de côtoyer Chuck Norris.

Image
Le sbire aurait dû le savoir : Chuck Norris n'a pas besoin de se laver, la saleté a trop peur de côtoyer Chuck Norris.

Toutefois, malgré la fin idiote mettant en scène un robot ressemblant à une moto-crotte armée de roquettes, et le doublage un peu déstabilisant de Chuck Norris par Yves Régnier (encore que le Commissaire Moulin, Rick Hunter du pauvre, n'est pas non plus un enfant de cœur connu pour sa finesse progressiste), ce film est une solide petite série B policière, et l'un des meilleurs films de Chucky. Il faut dire qu'il a pour une fois un vrai réalisateur, Andrew Davis, pas un génie, mais un honnête faiseur qui aura son heure de gloire à partir de 1988, quand il signera un quasi remake de ce film, Nico (une partie des seconds rôles de Sale temps pour un flic sont aussi de la partie), avec un autre monument d'expressivité, Steven Seagal, avec qui Davis remettra le couvert pour Piège en haute mer, qui fera un beau carton en salles et permettra au réalisateur d'atterrir sur Le Fugitif avec Harrison Ford, son meilleur film, où il se sera transcendé, ou alors c'est un gros coup de bol, parce qu'après, il ne refera que des navets avec beaucoup de dollars (Poursuite, Meurtre parfait, Dommage collatéral, Coast guards. On est d'ailleurs sans nouvelles du réalisateur depuis le four de Coast guards en 2006).

Quand Sale temps pour un flic sort aux États-Unis, il rembourse presque son budget sur son premier week-end (5,5 millions de dollars de recettes pour 7 millions de budget), et rapportera un peu plus de 20 millions en fin d'exploitation, ce qui fera ce de fait le second plus gros succès de Norris, rendant l'acteur, un temps, bankable, d'où l'intérêt que Chuck suscitera chez la Cannon qui cherche alors des poulains pour son écurie, m'enfin plutôt des étalons, alliant vieux chevaux du cinéma d'action (Charles Bronson, Lee Marvin, Richard Chamberlain, Sean Connery, Franco Nero : à part Bronson, la plupart ne feront que passer, ramassant au passage le tapis de dollars offert par Golan-Globus) à de plus jeunes (Norris donc, mais aussi Michael Dudikoff, Steve James, Dolph Lundgren, Jean-Claude Van Damme... ). Le film sort sur nos écrans à la mi-juillet 1985, et se placera premier au box-office la semaine de sa sortie, ce sera la deuxième fois dans la carrière de Norris, et la dernière. La première, c'est d'ailleurs un mois avant, avec Portés disparus, sorti le 12 juin, et ce film profite de ce succès précédent. Une petite réussite estivale puisque le film restera à l'affiche tout l'été (huit semaines), affichant l'honnête score (pour la période) de 549 980 entrées, faisant du film le cinquième plus gros succès personnel de Chuck Norris en France (après dans l'ordre : Portés disparus, Œil pour œil, Delta Force et Invasion U.S.A. ).

Image
La loi du silence ça n'existe pas, seule la loi de Chuck Norris existe !

Bande annonce :
Dans la guerre, il y a une chose attractive : c'est le défilé de la victoire. L'emmerdant c'est avant...

Michel Audiard

Avatar du membre
pak
Messages : 212
Enregistré le : 26 nov. 2012, 19:21

Sale temps pour un flic (Code of silence) - Andrew Davis - 1984

Message par pak » 17 nov. 2017, 18:13

Des affiches :

- Française :

Image


- Américaines :

Image

Image


Publicités pour la sortie de la cassette VHS :

Image

Image


- Australiennes :

Image

Image


Encart publicitaire :

Image


- Allemandes :

Image

Image


- Italienne :

Image


- Danoise :

Image


- Yougoslave :

Image
Dans la guerre, il y a une chose attractive : c'est le défilé de la victoire. L'emmerdant c'est avant...

Michel Audiard

Avatar du membre
pak
Messages : 212
Enregistré le : 26 nov. 2012, 19:21

Sale temps pour un flic (Code of silence) - Andrew Davis - 1984

Message par pak » 17 nov. 2017, 18:19

Des photos :

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image
On ne le sait pas, mais Chuck Norris a inventé le Rubik's Cube !

Image

Image

Image

Image


Image

Image

Image


Image
Dans la guerre, il y a une chose attractive : c'est le défilé de la victoire. L'emmerdant c'est avant...

Michel Audiard

Avatar du membre
pak
Messages : 212
Enregistré le : 26 nov. 2012, 19:21

Sale temps pour un flic (Code of silence) - Andrew Davis - 1984

Message par pak » 17 nov. 2017, 18:25

Des lobby cards allemandes :

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image
Dans la guerre, il y a une chose attractive : c'est le défilé de la victoire. L'emmerdant c'est avant...

Michel Audiard

Avatar du membre
pak
Messages : 212
Enregistré le : 26 nov. 2012, 19:21

Sale temps pour un flic (Code of silence) - Andrew Davis - 1984

Message par pak » 17 nov. 2017, 18:29

Le film est sorti en DVD le 20 janvier 2004 par MGM / United Artists, sans autre supplément qu'une bande-annonce en VO.

Image



La Fox a réédité le film en Blu-ray le 1er août 2012, profitant de l'occasion de la sortie en salles d'Expendables 2 - Unité spéciale, dans lequel le Chuck faisait un comeback en forme de clin d’œil... Là encore, juste une bande-annonce en supplément.

Image
Dans la guerre, il y a une chose attractive : c'est le défilé de la victoire. L'emmerdant c'est avant...

Michel Audiard

kiemavel1
Messages : 229
Enregistré le : 06 juin 2015, 11:49

Re: Sale temps pour un flic (Code of silence) - Andrew Davis - 1984

Message par kiemavel1 » 18 nov. 2017, 12:24

Bravo pak pour cette valeureuse tentative de réhabilitation de Chuck Norris mais ça ne marche pas avec moi :evil: :wink:
Rien qu'à voir sa tronche, j'ai envie de donner un coup de pied retourné même si je ne suis plus aussi souple que naguère (rapport à une p'tain de maladie articulaire)

Même si ta longue bafouille ne me donne pas plus que ça l'envie de tenter, en revanche j'exprime ma solidarité et même mon admiration (oh le fayot) pour celui qui est capable de faire aussi long sur des films aussi peu défendus par ailleurs. Vive Chuck ! Vive les barbus !! A bas l'épilation corporelle !!!

Avatar du membre
pak
Messages : 212
Enregistré le : 26 nov. 2012, 19:21

Re: Sale temps pour un flic (Code of silence) - Andrew Davis - 1984

Message par pak » 18 nov. 2017, 12:48

Oh ? Un lecteur ! :wink:

Merci, merci.

Nan, nan, pas de réhabilitation du Chuck, juste un vent (pet ? ) de nostalgie de ces films des années 1980 qui ont bercé mon adolescence (la "cinéphilie" a parfois des origines peu avouables) que j’arrive mieux à revoir que des Fernandel des années 1950 (rhôôô la pauvre comparaison hors sujet)...
Dans la guerre, il y a une chose attractive : c'est le défilé de la victoire. L'emmerdant c'est avant...

Michel Audiard

kiemavel1
Messages : 229
Enregistré le : 06 juin 2015, 11:49

Re: Sale temps pour un flic (Code of silence) - Andrew Davis - 1984

Message par kiemavel1 » 18 nov. 2017, 18:48

pak a écrit :
18 nov. 2017, 12:48
Oh ? Un lecteur ! :wink:

Merci, merci.

Nan, nan, pas de réhabilitation du Chuck, juste un vent (pet ? ) de nostalgie de ces films des années 1980 qui ont bercé mon adolescence (la "cinéphilie" a parfois des origines peu avouables) que j’arrive mieux à revoir que des Fernandel des années 1950 (rhôôô la pauvre comparaison hors sujet)...
Près de 50 vues en 24 h, c'est pas mal. Mais bon, j'ai souvent la même impression que ce que tu sous entends mais c'est que les films dont au sujet duquel que je cause sont souvent trop peu connus pour susciter davantage de commentaires, ajouts ou contradictions, un peu de vie quoi :mrgreen: Mais sinon, même si les autres genres sont moins fréquentés que la "maison mère", il y a quand même du passage par ici.

A propos de commentaire, en dehors d'approuver les notes d'humour qui parsèment ton texte, je serais bien incapable d'en formuler un étant donné que je ne peux réellement pas saquer Chuck, rapport - entre autres - aux coups de savates car rares sont les films dans lesquels les hommes lèvent la jambe (les filles, ça passe), qui obtiennent mon approbation : La panthère rose :wink: , Kill Bill .... ou quand j'étais vraiment gamin : Môssieur Kwai Chang Caine, qui avait le coup de savate dans la tronche, noble, lui :mrgreen: (même les 'chinoiseries' modernes très belles et chorégraphiques me gonflent assez vite dès que ça s'emplâtre)

Je n'ai donc pas vu de Chuck durant les années 80. A l'époque, au pire j'emmenais mon petit frère voir les films d'horreur (au début des 80th, y'en avait plein : Hurlements, Le loup garou de Londres, Massacre dans le train fantôme ...) et jusqu'à 15 ou 16 ans, j'allais voir tous les Bebel de ces années là mais c'était moins par gout que pour intégrer la troupe des ados males de mon âge car même le moins mauvais dont je garde le souvenir (Le professionnel. Que je n'ai jamais revu) m'avait paru un peu ridicule tant il y allait avec des gros sabots pour décrire les relations entre la France et ses anciennes colonies. Tout était "trop", il me semble, des dialogues d'Audiard au jeu de 'Bebel' qui était toujours "à fond". Or cette outrance dans le jeu passait mieux dans les comédies ou les films plus légers, je trouve.

Avec le recul, je me suis rendu compte que pendant les années collège j'avais évité - sans l'avoir décidé, c'est simplement que ces films ne me faisaient pas envie- tous les films qui étaient vu - en gros - par toute la classe ... sauf les "David Hamilton" :P . Mais durant les années lycée, j'ai suivi davantage ... et c'est comme ça que je me suis retrouvé à aller aux bebel ou à d'autre trucs que je ne supporte plus aujourd'hui, jusqu'à preuve du contraire. Par contre, le Bebel des années 70, que j'ai découvert à la TV, ça passe, et même parfois très bien.

Voilà, c'était 'mes confessions 1' (pas sûr qu'il y ait une suite)

Avatar du membre
chip
Messages : 606
Enregistré le : 17 avr. 2007, 21:04

Re: Sale temps pour un flic - Code of silence - Andrew Davis - 1984

Message par chip » 19 nov. 2017, 09:40

Même avis que Kiemavel quant à la "tronche" de Chuck Norris, je n'ai jamais vu un film de cet acteur (?) et aucune envie d'en visionner. Tous ces films de baston, non merci, pas pour moi.

Avatar du membre
pak
Messages : 212
Enregistré le : 26 nov. 2012, 19:21

Re: Sale temps pour un flic - Code of silence - Andrew Davis - 1984

Message par pak » 19 nov. 2017, 12:50

chip a écrit :
19 nov. 2017, 09:40
Même avis que Kiemavel quant à la "tronche" de Chuck Norris, je n'ai jamais vu un film de cet acteur (?) et aucune envie d'en visionner. Tous ces films de baston, non merci, pas pour moi.
kiemavel1 a écrit :
18 nov. 2017, 12:24
Bravo pak pour cette valeureuse tentative de réhabilitation de Chuck Norris mais ça ne marche pas avec moi :evil: :wink:
Rien qu'à voir sa tronche, j'ai envie de donner un coup de pied retourné même si je ne suis plus aussi souple que naguère (rapport à une p'tain de maladie articulaire)
Bah si tu n'aimes pas ça, n'en dégoûte pas les autres... :lol:

Bon j'avoue, Chuck, c'est un plaisir particulier. J'ai eu la "chance" d'être dans le mouv' comme on dit à son apogée en France, en gros entre 1985 et 1986, du premier Portés disparus à Delta Force, une courte période de deux ans durant laquelle il a eu une sacrée cote, à Paris du moins. En fait ça coïncide avec la création de la Fête du Cinéma en 1985. Elle durait un jour, et après avoir payé une place au tarif normal, on avait un passeport qui donnait droit au tarif de 1 franc (oui 0,15 euros, un temps que les moins de vingt ans... ). Une journée de folie avec des queues monstre devant les cinémas parisiens.

Portés disparus, lors de la première fête du cinéma, a fait partie du top entrées des films vus durant cet évènement. Si je m'en réfère à mon vécu, je pense que comme moi, beaucoup ont vite compris que les "gros" films seraient alors pris d'assaut, et donc beaucoup ont préféré se rabattre sur des films moins porteurs. En tous cas moi c'est ce que j'ai fait alors. Los de la deuxième fête, c'était Invasion USA qui était à l'affiche, et au Rex en plus. Une ambiance particulière dans la salle, où à chaque réplique qui tue de Norris, les gens applaudissaient et hurlaient leur joie. Un peu comme une soirée pizza bière (m'enfin coca à l'époque pour moi) avec des potes, en matant une VHS d'un film bourrin louée au vidéoclub du coin (et des films bourrins dans les vidéoclubs, y en avait alors un paquet), mais alors ici partagée avec des centaines de personnes devant un écran géant ! Je n'aime pas ce genre de débordements en salle, mais là ça s'y prêtait, un bon moment dont je me rappelle encore, c'est dire... J'ai ensuite pendant des années suivi cette voie, écarter les films dits importants durant cette fête, et aller voir d'autres trucs moins connus, ou en fin de carrière en salles. C'est ainsi que j'ai découvert John Woo, Kathryn Bigelow, Takeshi Kitano... ou vu des films que je n'aurai jamais tenté sans cette Fête.


Pour en revenir à Norris, le soufflé est vite retombé, dès 1988, ses films se ramassaient au box-office, et passaient quasi inaperçus, et rapidement n'atteignant même pas les 50 000 entrées sur Paris. Le dernier film qui eut les honneurs de connaitre les salles françaises est Top dog en 1995, comédie canine familiale, et lui c'est moins de 100 000 entrées France ! Mais Chucky s'était de toutes manières reconverti depuis deux ans à la TV avec la série Walker, Texas Ranger dont je n'arrive toujours pas à comprendre la longévité, pas aux USA car la série répond bien à un certain état d'esprit d'une partie du pays, mais en France puisque TF1 va la diffuser durant plus de dix ans, preuve d'un certains succès d'audience puisque la chaine n'a jamais eu d'états d'âmes à arrêter ce qui ne marche pas. Là par contre, je n'ai pas vu un seul épisode, faut pas pousser non plus... :mrgreen:
Dans la guerre, il y a une chose attractive : c'est le défilé de la victoire. L'emmerdant c'est avant...

Michel Audiard

Répondre