[09/09/2019] Le Bal de l'horreur (Rimini)

Avatar du membre
pak
Messages : 452
Enregistré le : 26 nov. 2012, 19:21

[09/09/2019] Le Bal de l'horreur (Rimini)

Message par pak » 31 août 2019, 16:41

Bien que le Massacre à la tronçonneuse (The Texas chain saw massacre) de Tobe Hooper ait entrouvert la porte en 1974 (entrouvert car le film appartient plutôt à un autre sous-genre du film d'horreur, le "Survival"), c'est en 1976 que le genre dit "Slasher" verra le jour, timidement, avec la sortie du film canadien Black Christmas de Bob Clark. Le film sera oublié par la suite, mais pas ses deux fils spirituels, qui vont traverser les décennies, j'ai nommé La Nuit des masques (Halloween) de John Carpenter, sortie en 1978, et Vendredi 13 (Friday the 13th) de Sean S. Cunningham, sorti en 1980.

Ces films ont en commun de mettre en scène un tueur sans pitié ni états d'âmes, massacrant du jeune généralement à coups d'armes blanches les plus diverses, la plupart du temps en réaction à un fait du passé dont il a été la victime. Les plus connus auront la peau coriace, difficiles à tueur puisque suites obliges, ils ressuscitent régulièrement, tirant donc certaines sagas vers le fantastique (Jason Voorhees surgira de sa propre tombe dans le sixième opus de la saga), le genre y mettant même directement les pieds (ou le couteau) comme la série de films avec Freddy Krueger (Les Griffes de la nuit et ses suites) qui tue ses victimes dans leurs rêves (et qui lui fera le cheminement inverse, puisque parvenant à entrer dans le réel par la suite).

Dès lors, après les succès de Carpenter et Cunningham, on va assister dans les années 1980 à un véritable massacre d'adolescents en fin de puberté, qui n'ont que deux idées en tête : faire la fête et forniquer. Mais ces croquemitaines hargneux vont bien évidemment en profiter pour réguler la population de ces représentants de l'âge ingrat. Filles, garçons, ces tueurs ne font pas de différence, précurseurs de la parité, et bien-sûr, ils zigouilleront aussi tout adulte se mettant en travers de leur chemin.

Les exemples ne manquent pas, car, pas chers à produire : un casting de jeunes inconnus ou débutants qui disparaissent les un après les autres, un ou deux décors comme une maison ou un lycée, un tueur masqué de préférence comme ça on n'a pas besoin du même gars pour les suites, etc...

Beaucoup de ces films ont acquis une réputation de film culte (souvent surfaite). La différence avec les productions actuelles du genre, dont les remakes (beaucoup de "classiques" ont eu droit à leur remake), c'est que dans les années 1980, la liberté de ton permettait des films plus méchants et moins consensuels que de nos jours.

Bon, tout ça pour en arriver au film canadien Le Bal de l'horreur (Prom night) de Paul Lynch, sorti en salles chez nous en 1980. Jusqu'ici inédit en DVD, voilà qu'il sort directement en Blu-ray (m'enfin dans une saloperie de combo Blu-ray / DVD comme c'est mode depuis trop longtemps, des fois j'ai envie de prendre une hache, d'aller chez les éditeurs, et de, de... hummmmm... heu... ).

Ce petit classique du genre, au statut (évidemment) culte chez les amateurs, a la particularité d'avoir la jolie Jamie Lee Curtis en vedette, qui a beaucoup hurlé à cette période : La Nuit des masques of course, mais aussi Fog, Le Monstre du train, Déviation mortelle, Halloween II. Heureusement qu'après cet enchainement elle a tourné l'excellente comédie Un fauteuil pour deux, car c'était un coup à finir à l'asile complètement parano... !

Bien entendu, la trame est (déjà) classique : une gamine meurt accidentellement au cours d’un jeu organisé par ses camarades. Ils décident de ne jamais révéler la vérité. Mais la scène a eu un témoin. Les enfants grandissent, et à l’occasion du bal de fin d’année de leur lycée, le jeu de massacre commence...

Mort accidentelle impunie impliquant un groupe de jeunes, oui, vous avez reconnu, c'est le point départ d'un slasher de la renaissance du genre générée par Scream en 1996 (du papa de Freddy Krueger, qui se rappellera du film d'ailleurs, pour l'introduction téléphonique de Scream), Souviens-toi l'été dernier (I know what you did last summer, titre orignal ô combien meilleur et mordant que le français) de Jim Gillespie sorti chez nous en janvier 1998.

Paul Lynch, le réalisateur, n'est pas des plus connus même s'il a un CV long comme le bras (beaucoup d'épisodes de séries). Le Bal de l'horreur est son troisième film, après un drame sur un chanteur de country et un autre sur le monde du catch, inédits en France. D'ailleurs, avec ce bal qui tourne mal, seul son film suivant est sorti en salles en France, un autre slasher, moins réussi et complètement oublié, La Malédiction de l'île aux chiens (Humongous), jusqu'à ce qu'il sorte en DVD en 2014 sous son titre original (sûr que le français n'est pas très vendeur) par l'éditeur spécialisé dans le film qui saigne Uncut Movies. Néanmoins, vous avez peut-être vu certains de ces films car plusieurs ont été édités en VHS dans les années 1980 : Blindside avec Harvey Keitel, À travers champs (Cross country), Fatal revenge, le téléfilm Beauté fatale (Drop dead gorgeous), RoboCop 4 (en fait le pilote de la série canadienne qui ne durera qu'une saison en 1994)...

À noter que Le Bal de l'horreur fut un petit succès (un gros pour le genre, car à budget limité, ici 1,5 millions de dollars, la rentabilité est plus aisée, le film en rapportant dix fois plus en salles, sans parler des droits exploitation et recettes vidéos et télévisuelles). Son statut culte génèrera trois suites entre 1987 et 1991 (toutes inédites en salles chez nous, mais exploitées en VHS), et un mauvais remake sorti en 2008 lors de la mode du remake d'horreur démarré au début des années 2000.


Le combo (grrr... ) contient donc le film sur les deux supports. L'appellation "collector" de l'objet nous vaut un livret de 28 pages rédigé par Marc Toullec (qui, j'imagine, reviendra sur le genre slasher, car malgré ma dissertation ci-dessus, je ne vois pas trop ce qu'on peut raconter sur le film durant 28 pages... ), une interview filmée exclusive du scénariste William Gray de 15 minutes, et un portrait de 26 minutes de Jamie Lee Curtis.

VF et VOst.

Le film est en précommande jusqu'au 9 Septembre 2019 sur les sites habituels.


Alors pizzas, Coca (ou bières, on est grand maintenant, synthé Bontempi ou K7 audio de Giorgio Moroder, bref revivons l'ambiance années '80 des vidéo-clubs devant un bon vieux film d'horreur de l'époque. Ou pas...

Image



Dans la guerre, il y a une chose attractive : c'est le défilé de la victoire. L'emmerdant c'est avant...

Michel Audiard