Les sept femmes de Barberousse - 1954 - Stanley Donen

Liste des films critiqués
Répondre
Avatar du membre
Mirbel2
Messages : 4
Enregistré le : 24 févr. 2008, 17:41
Contact :

Les sept femmes de Barberousse - 1954 - Stanley Donen

Message par Mirbel2 » 02 mars 2008, 16:43

Image

Titre original : Seven brides for seven brothers

Avec : Howard Keel, Jane Powell

Oregon, 1950. Adam Pontipee, un rude bûcheron, se rend en ville pour y faire ses provisions et y « acheter » une femme qui s’occuperait de ses tâches ménagères. L’épicier n’ayant pas cette denrée rare, Adam se décide à courtiser la jolie Milly qui craque immédiatement pour ce bel homme à barbe rousse. Ils décident de se marier immédiatement. Mais en arrivant dans leur petit nid douillet de montagne, quelle n’est pas la surprise de la nouvelle épouse de découvrir que son mari vit avec ses six frères, aussi primaire, sales et mal élevés que lui. Dépitée au début, elle va leur enseigner les bonnes manières et comment courtiser les filles pour les inciter à prendre femmes à leur tour lors d’un grand pique-nique. Se languissant d’une si longue attente à revoir leurs compagnes d’un après midi, ils décident de les kidnapper comme les romains l’avaient fait avec les Sabines…

Réalisé par Stanley Donen deux ans après Chantons sous la pluie, tourné entièrement en studio, Les sept femmes de Barberousse est une comédie musicale extrêmement gaie, virevoltante et colorée, sans autre prétention que celle de divertir et c’est réussi. Les chorégraphies sont un mélange de danse et d’acrobatie, notamment dans la scène du pique-nique où les six frères rivalisent d’ingéniosité sur de simples planches de bois pour séduire leurs belles. Les chansons quant à elles sont harmonieuses et raffinées. La musique du film fut d’ailleurs récompensée par un Oscar en 1954. Un des jeunes frères d’Adam est interprété par Russ Tamblyn, le futur Riff, chef de bande des Jets, de West Side Story.

Au vu du succès que remporta le film auprès de public lors de sa sortie, de nombreuses adaptations théâtrales virent le jour un peu partout, y compris en France avec la chanteuse Lio.

CHIP6
Messages : 14
Enregistré le : 10 déc. 2007, 13:40

Message par CHIP6 » 03 mars 2008, 11:41

Jamais vu, j'ai honte.

Avatar du membre
Emma_Peel
Messages : 16
Enregistré le : 29 avr. 2007, 15:18
Localisation : Rainbow Valley, with Finian

Message par Emma_Peel » 18 oct. 2008, 12:22

Il s'agit, peut-être, de ma comédie musicale préférée.

Visuellement, c'est absolument superbe. Donen aurait voulu tourné entièrement en extérieur afin de profiter au maximum des changements de saisons, ces dernières ayant un rôle capital dans le film. Faute de budget, il n'a pas pu et a dû se rabattre sur des décors en studios. Mais il est quand même parvenu à faire des miracles ; je pense notamment à la scène de lamentation sous la neige (celle où les bûcherons se lamentent sur leur sort solitaire en coupant du bois) qui est d'une poésie incroyable.

Niveau mise en scène, Donen s'est déchaîné. Voyez pour vous en convaincre la scène de construction/destruction de la grange lors du pique-nique (celle dont parle Mirbel dans sa critique), qui est ahurissante ! C'est virvoltant, acrobatiquement génial, c'est simple, à la fin de la scène, on est fatiqué nous aussi. :lol: Ca n'a l'air de rien, mais il y a un travail énorme derrière. Mirbel dit que quelques planches de bois et un peu d'ingéniosité ont suffi... je dirai oui, et non. Oui, car finalement c'est juste une scène de pique-nique qui dégénère et au niveau des décors, c'est vrai qu'on voit surtout des planches de bois. Non, car même si ça a l'air simple comme ça, ça ne l'est pas du tout. Donen est un véritable génie dans l'utilisation de l'espace et ça se voit. Il y a plusieurs actions simultanées, dans un espace finalement réduit (la grange), il y a foule tout autour et à l'intérieur. Donen a réussi ici une prouesse technique dans l'utilisation des différents éléments du décors, des lumières, des couleurs et des lignes (je parle de lignes par rapport aux chorégraphies, aux acrobaties, etc...). Bon, bref, c'est génial (mais ça je l'ai déjà dit).

Et pour finir, je rajouterai juste que derrière des allures un peu humoristiques et légères, le film dépasse le simple stade de l'amusement et du divertissement. Je n'irai pas jusqu'à dire qu'on a à faire ici à un film proposant un message très profond et très psychologique, mais malgré tout, Donen traite du couple et ce n'est pas rien. Il y a beaucoup d'ironie dans son propos.

Il y a quelques années, j'avais écrit une petite analyse de ce film que j'aime tant. Pour ceux que ça intéresse, c'est à lire ICI.

pass
Messages : 681
Enregistré le : 20 déc. 2014, 18:17

Re: Les sept femmes de Barberousse - 1954 - Stanley Donen

Message par pass » 30 déc. 2014, 14:35

Premières représentations à Cannes le 4 Mai 1955 et à Paris le 8 Juillet 1955 en VF et VO .

Répondre