Roadblock - Harold Daniels - 1951

Liste des films critiqués
Répondre
kiemavel1
Messages : 213
Enregistré le : 06 juin 2015, 11:49

Roadblock - Harold Daniels - 1951

Message par kiemavel1 » 25 oct. 2016, 23:17

Image
Roadblock (1951)
Réalisation : Harold Daniels / Production : Lewis J. Rachmil (RKO) / Scénario : Steve Fisher et George Bricker d'après une histoire de Richard Landau et Daniel Mainwaring / Image : Nicholas Musuraca /Musique : Paul Sawtell

Avec Charles McGraw (Joe Peters), Joan Dixon (Diane), Lowell Gilmore ( Kendall Webb), Louis Jean Heydt (Harry Miller), Milburn Stone (Egan)
Image
Après avoir mené à bien une mission à Cincinnati, Joe Peters, l'inspecteur d'une compagnie d'assurance, rentre à Los Angeles par avion. Il avait remarqué dans le hall de l'aéroport une jeune femme séduisante qui avait accroché son regard avant incompréhensiblement de l'ignorer. Une fois à bord, il se rend compte que la jeune femme s'est servi de lui pour obtenir une réduction sensible sur le prix du vol en se faisant passer pour sa femme. Un orage ayant obligé l'avion à faire une escale imprévue, ils sont contraint de partager la même chambre. Peters, immédiatement séduit par Diane, l'embrasse au petit matin mais la jeune femme exclu sans ambiguité la possibilité d'une liaison entre eux. Quelques temps plus tard, dans le cadre d'une enquête sur un vol de fourrures, Peters retrouve Diane chez le suspect de l'affaire, un truand notoire…Ils se revoient et une idylle commence entre eux.
ImageImage
Spoiler : Afficher
ImageImage
Harold qui ? Harold Daniels ! Vous ne connaissez pas et moi non plus. Au vu de son pedigree, je ne sais pas comment il a pu tourner ce film d'abord destiné à Don Siegel. Obscur acteur de complément, souvent même pas crédité, il avait aussi dirigé quelques films de 3ème ordre avant Roadblock et retournera ensuite à ses médiocres occupations. Cette petite série B sans stars, même si Charles McGraw s'était retrouvé au cours de cette très courte période 49/51, pour la 1ère et unique fois de sa carrière tête d'affiche de quelques films…et des films noirs (The Threat, Armored Car Robbery, The Narrow Margin et donc Roadblock) restera l'unique "titre de gloire" de Harold Daniels car la petite série B commence à voir sa réputation nettement grandir aux États-Unis depuis son édition DVD…Resterait à faire pareil en France. Pour le DVD, ne rêvons pas mais j'apporte ma pierre…

Je commence par les attraits périphériques. Visuellement, le film est superbe, les captures ne rendant que partiellement compte bien sûr du travail sur l'image du grand Nicholas Musuraca, directeur de la photographie mythique de la RKO ou il travailla à la "photogénie" des plus célèbres productions de Val Lewton, notamment sur La féline puis entre autres sur un autre Tourneur La griffe du passé, le film noir que je conserverais si par malheur je ne devais en garder qu'un. Ensuite toujours par la périphérie, le second attrait et bien justement ce sont les séquences de début et de fin. Les très malines séquences d'introduction nous plongent directement dans une atmosphère de pur film noir mais elles sont un leurre, un montage, une manipulation car le "vrai" film noir on ne l'aura que plus tard. Les séquences finales sont tout aussi remarquables. Il s'agit d'une longue course poursuite brillamment mise en scène, en partie tournée dans un endroit insolite parait-il inédit en 1951 mais qui depuis a beaucoup servi : le lit canalisé de la rivière de Los Angeles. (Je raconte en détail les formidables séquences d'ouverture mais en spoiler…)
Spoiler : Afficher
Le film s'ouvre en effet sur un meurtre. On découvre Joe Peters abattant un homme en pleine rue, la victime venant s'écrouler sur le capot de la voiture d'un homme qui s'apprêtait à prendre le volant. Pris en otage par le tueur, l'homme prend peur et achète sa vie en révélant l'emplacement d'une cachette ou il a dissimulé une forte somme d'argent. Dans un cimetière, sous la dalle d'un caveau, il tente de saisir une arme mais est pris de vitesse par Peters et jeté à terre. En se relevant, il voit stupéfait la soit disant victime de Peters réapparaitre. C'est bien évidemment après cette séquence d'introduction que nous recevons les informations relatives au métier de Peters et de son collègue. Ce sont des détectives qui travaillent pour une compagnie d'assurance. En marge du travail de la police, ils tentent de retrouver les auteurs des vols perpétrés sur les clients de leur employeur.
ImageImage
L'argument est en revanche loin d'être inédit. Le type honnête, droit comme un piquet, qui voit sa vie chamboulée par la rencontre d'une femme fatale et qui va remettre en cause tous ses principes, allant jusqu'à se muer en voleur et en tueur pour la garder, c'était déjà du réchauffé en 1951. Celui dont il aura le plus à craindre, c'est d'ailleurs son collègue et ami resté honnête, la encore une figure que l'on avait déjà vue et que l'on reverra notamment dans une autre série B de valeur, Le bouclier du crime dans lequel le flic incarné par Edmond O'Brien, tueur et voleur lui aussi mais pour accéder à un confort matériel modeste mais pourtant inaccessible, était confondu par son coéquipier. Dans Roadblock, si la plongée dans l'abime du personnage incarné formidablement par un McGraw plus subtil qu'à l'accoutumée, est une figure attendue ; la personnalité de la femme fatale est elle extrêmement singulière car la soi disant "femme fatale" que l'on commence par découvrir va se muer en femme sincèrement amoureuse d'un homme qui ne prendra jamais véritablement conscience de sa transformation ou trop tard pour revenir en arrière, les actes engagés étant trop graves pour rester sans conséquences. Peters va progressivement paniquer et c'est d'abord sa fébrilité inhabituelle puis une explosion de violence inédite qui va éveiller les soupçons sur l'insoupçonnable agent mais cette fébrilité n'est pas née de son passage du mauvais coté de la loi, elle était en lui, dans son incapacité à comprendre cette femme qui s'était sincèrement métamorphosée au contact d'un homme "décent" pour franciser une expression américaine maintes fois entendues dans le film noir.

On avait en effet découvert Diane en incarnation presque caricaturale de la femme fatale de film noir. Après leur rencontre qui s'était apparentée à une longue joute oratoire entre la séductrice et l'homme de marbre a qui on ne l'a fait pas, incarné d'ailleurs dans cette première partie par le Charles McGraw granitique et rugueux que l'on connait, Peters, qui avait néanmoins été séduit, avait retrouvé Diane au domicile de son petit ami soupçonné dans une affaire de vol de fourrures. Peters avait alors pu mesurer tout ce qui semblait le séparer de cette femme attirante, maitresse d'un truand notoire, vénale, menteuse et disant elle même trop aimer le vison pour se laisser séduire par un "sucker". L'affrontement avec le rigide Joe Peters est donc très rude durant les premiers temps de leur relation. Il va d'ailleurs rester sur cette image et croira que pour garder une telle femme, il doit changer de train de vie alors que dans le même temps, elle semblera avoir été réellement séduit par la droiture de cet homme et se montrera prête à changer de vie pour lui, commençant par rompre avec son amant. Le passage vers cette seconde Diane est marqué par une escapade hors de Los Angeles, une parenthèse idyllique qui ne durera pas...
ImageImage
Spoiler : Afficher
ImageImage
La qualité de l'interprétation et la beauté de "l'inconnue" Joan Dixon a été la révélation de cette seconde vision dans une copie décente. Elle a tourné dans une poignée de films essentiellement des westerns de 3ème division signés Lesley Selander ou Stuart Gilmore et je suis sidéré qu'un tel talent en soit resté à une carrière aussi rachitique. C'est une énigme...Charles McGraw, quant à lui, a été un bon second rôle du film noir puis occasionnellement un premier. On l'a découvert d'abord bien sur dans Les tueurs puis dans de nombreux noirs de la rko, tournant dans de nombreux films des metteurs en scène maison, notamment Anthony Mann et Richard Fleischer. Si le premier, malgré 4 films, ne lui offrit jamais de premiers rôles même s'il se fit remarquer dans un rôle de tueur saisissant dans La brigade du suicide (1949), le second lui permis de tenir le haut de l'affiche dans 2 de ses meilleurs films noirs, d'abord dans le très bon Armored Car Robbery (1950) puis dans L'énigme du Chicago Express (1952), encore meilleur que le précédent. Ce furent les sommets de sa carrière. Juste avant, il avait déjà été remarqué dans The Threat (1949) un court film noir dans lequel il excellait dans un rôle de tueur psychopathe qui aurait pu échoir à Lawrence Tierney. Plus tard, il excellera dans le rôle d'un agent d'assurance buté dans Loophole (1954) mais il était déjà relégué au second plan. ça n'ira pas en s'arrangeant même si entre deux télévisions, il se faisait encore remarquer de temps à autre sur le grand écran.
Pour une fois, j'attribue une note. Pas d'étoiles chez moi mais des glaçons. De 0 à 5 ??? Pour ma part, je mettrais bien 4 glaçons pour mon Daniels :arrow:

kiemavel1
Messages : 213
Enregistré le : 06 juin 2015, 11:49

Re: Roadblock / Harold Daniels / 1951

Message par kiemavel1 » 25 oct. 2016, 23:26

ImageImage
ImageImage
ImageImage
Plein feu sur la talentueuse et splendide créature dénommée Joan Dixon. Toutes les captures sont issues de Roadblock et sont prises parfois dans les mêmes séquences pour montrer la diversité des facettes de ce visage très expressif. Une diversité telle que je lui trouve des faux airs de Jane Greer ( en haut, avec les cheveux tenus) et une certaine ressemblance avec Gail Russell avec un soupçon de Gene Tierney (dans les photos du milieu et du bas)...A moins que ça tourne à l'obsession puisque ce sont 3 de mes glaçons préférés…
Spoiler : Afficher
Image
Image
La même à la plage ( l'accessoiriste n'a pas gagné l'oscar cette année là :P )

Elle a tourné au moins 2 autres films noirs. Experiment Alcatraz , un nanard signé Edward L. Cahn et Bunco Squad, qui est à peine mieux. Dommmmmmage ….

Avatar du membre
chip
Messages : 599
Enregistré le : 17 avr. 2007, 21:04

Re: Roadblock / Harold Daniels / 1951

Message par chip » 26 oct. 2016, 11:29

Longue et alléchante analyse d'une perle noire que l'on ne verra probablement jamais, à moins que nos éditeurs de DVD fassent preuve d'un peu plus d'originalité et de moins de conformisme dans leur choix. Au vu des captures de Joan Dixon je partage la fascination de kiemavel pour la belle, la douceur de son visage me rappelle Cathy O' Donnell et Gene Tierney mais aussi Nancy Guild et Lenore Aubert.
Joan Dixon a aussi caracolé dans 5 westerns au côté de Tim Holt, excellent acteur apprécié par Orson Welles, qui préféra semble-t-il le confort routinier du film B à une carrière plus ambitieuse comme le laissaient espérer des films comme "Stagecoach " , "the magnificent Ambersons" ou " Hitler's children".

Avatar du membre
chip
Messages : 599
Enregistré le : 17 avr. 2007, 21:04

Re: Roadblock / Harold Daniels / 1951

Message par chip » 26 oct. 2016, 13:22

Image
Richard Martin, Robert Clarke, Tim Holt, et JOAN DIXON dans " Pistol Harvest" (1951) de Lesley Selander
Dixon, ici, moins glamour que dans "Road block " .

kiemavel1
Messages : 213
Enregistré le : 06 juin 2015, 11:49

Re: Roadblock / Harold Daniels / 1951

Message par kiemavel1 » 26 oct. 2016, 17:06

chip a écrit :Longue et alléchante analyse d'une perle noire que l'on ne verra probablement jamais, à moins que nos éditeurs de DVD fassent preuve d'un peu plus d'originalité et de moins de conformisme dans leur choix. Au vu des captures de Joan Dixon je partage la fascination de kiemavel pour la belle, la douceur de son visage me rappelle Cathy O' Donnell et Gene Tierney mais aussi Nancy Guild et Lenore Aubert.
Joan Dixon a aussi caracolé dans 5 westerns au côté de Tim Holt, excellent acteur apprécié par Orson Welles, qui préféra semble-t-il le confort routinier du film B à une carrière plus ambitieuse comme le laissaient espérer des films comme "Stagecoach " , "the magnificent Ambersons" ou " Hitler's children".
Ah oui, Nancy Guild, exact, laquelle avait un visage qui ressemblait un peu à celui de Gene Tierney ou à Jane Greer. Tu cites Cathy O'Donnell et bien c'est une des actrices pour lesquelles j'ai voulu voir des films rien que pour leur présence au générique.

Je ne connais aucun des westerns de la petite série tournée avec Tim Holt. C'était le couple vedette. Si, elle apparait à ce qu'il parait dans Les flèches de feu mais ce n'est plus que de la figuration (une indienne). En revanche, on peut la voir dans les 3 films cités précédemment. Elle tenait d'ailleurs le 1er rôle féminin dès son 1er film : Bunco Squad (1950)

Pour l'anecdote, IMDb raconte que Joan Dixon a été mariée 2 fois. Le 1er a duré 3 semaines ; le second 3 mois. Dommage qu'il n'y en ai pas eu de 3ème.

Avatar du membre
Cole Armin
Administrateur
Messages : 3556
Enregistré le : 15 janv. 2005, 13:52

Re: Roadblock / Harold Daniels / 1951

Message par Cole Armin » 30 oct. 2016, 08:26

Exellente critique qui donne vraiment envie de voir le film. :D
chip a écrit :Longue et alléchante analyse d'une perle noire que l'on ne verra probablement jamais,
C'est la Warner qui a les droits donc c'est peu probable pour la France. Mais, il y a un DVD Américain (sans sous-titre):

Image

Répondre