Le calvaire de Julia Ross - My name is Julia Ross - 1945 - Joseph H. Lewis

Liste des films critiqués
Répondre
Avatar du membre
Cole Armin
Administrateur
Messages : 3689
Enregistré le : 15 janv. 2005, 13:52

Le calvaire de Julia Ross - My name is Julia Ross - 1945 - Joseph H. Lewis

Message par Cole Armin » 27 août 2019, 21:01

Image
(affiche encyclocine)

Le calvaire de Julia Ross
My name is Julia Ross

Réalisé par Joseph H. Lewis
Avec Nina Foch, Dame May Whitty, George Macready, Roland Varno, Anita Sharp-Bolster, Doris Lloyd
1945 - Columbia - 1h05 - Noir et blanc


Film oublié, My name is Julia Ross est un film noir gothique présentant de réelles qualités.

Son réalisateur le considérait comme sa première oeuvre cinématographique. Lewis ayant tourné des films pour la RKO et Universal avant de débuter un nouveau contrat à la Columbia avec ce film. Sa carrière est souvent résumée au Démon des armes mais elle contient quelques pépites. Assurance criminelle et sa photographie mémorable offrent un récit sans concession, The Halliday Brand est un western noir aux caractères travaillés et Terreur au Texas se termine par le (seul) duel au harpon westernien.

Dans My name is Julia Ross, la mise en scène de Joseph H. Lewis est mise en valeur par la photographie Burnett Guffey (chef opérateur infatiguable de la Columbia). Des jeux d'ombres et cadres bien travaillés rendent cette production à petit budget intéressante (tournée en 18 jours) avec une légère influence de l'expressionnisme allemand dans certains plans.
Lewis joue également souvent sur les symboles des portes et des fenêtres dans sa mise en scène pour illustrer les thèmes de la captivité et de l'isolation. Ces différents éléments et la maison surplombant un fleuve constituent des personnages à part entière dans le récit (au même titre que dans de nombreux drames et films noirs comme House by the river, La Maison sur la colline ou des comédies telles que L'aventure de Mme Muir).

Le début du film est particulièrement réussi. En quelques plans de Londres sous la pluie, Lewis utilise des angles de prise de vue atypiques et instaure une certaine ambiance avec la découverte des principaux personnages.
La narration est toujours économique (avec peu de personnages) et sans temps mort. L'intrigue Hitchcockienne suffit à tenir en haleine le spectateur durant les 64 minutes du film avec un final un peu expéditif et convenu. Le film emprunte des éléments à au moins deux films d'Alfred Hitchcock tournés auparavant : Rebecca 1940, Soupçon 1941 et partage des similitudes avec Les enchainés qui sortira un an après. Les films d'Hitchcock se distinguant par les objets cultes du verre de lait (Soupçons et Les enchainés).

Le scénario se double d'une courte réflexion, dans la première partie du film, sur les difficultés sociaux-économiques alors que le film sortie quelques mois après la fin de la seconde guerre mondiale.

Nina Foch offre une belle interprétation du rôle principal. L'actrice a pour une rare fois un rôle consistant. George MacReady est égal à lui-même avec un rôle que l'on n'a aucune difficulé à accepter.
Un remake du film, Dead of Winter, fut tourné en 1987 par Arthur Penn avec Mary Steenburgen et Roddy McDowall.


Il existe un Blu-ray anglais (zone B) édité par Arrow Academy de référence (film en anglais sous-titré anglais) : image impeccable restaurée par Sony, une interview de qualité de Nora Fiore, auteure du blog "nitrate diva" et un commentaire du co-président de la Film Noir foundation américaine Alan K. Rode.
Une aubaine pour un film si peu connu.


Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image


Répondre