Le vol du secret de l'atome - The Atomic City - 1952 - Jerry Hopper

Liste des films critiqués
Répondre
kiemavel1
Messages : 389
Enregistré le : 06 juin 2015, 11:49

Le vol du secret de l'atome - The Atomic City - 1952 - Jerry Hopper

Message par kiemavel1 » 26 sept. 2019, 00:27

Image
Le Dr. Frank Addison (Gene Barry), un physicien nucléaire de haut niveau vivant dans la ville ultra sécurisée de Los Alamos, au Nouveau-Mexique, avec son épouse Martha (Lydia Clarke) et son jeune fils, Tommy (Lee Aaker) voit sa vie bouleversée quand Tommy est enlevé par des agents ennemis en vue de lui soutirer les secrets de fabrication de la bombe H...
Image
The Atomic City, qui était le premier film de Jerry Hopper et le premier également de Gene Barry (après quelques TV) est probablement l'un des plus regardables des thrillers d'espionnage anti rouges du début des années 50. Les commies y sont bien entendu abominables (en cours de route, ils suppriment un de leurs agents et dans le final, leur chef abat même ses propres hommes dans le dos lorsque ceux ci veulent se rendre) … et pas fufutes (un gamin de 7 ans leur échappe. Bon, c'est Rusty, mais quand même :wink: ) mais je dirais que c'est de bonne guerre (froide, la guerre).

Mais ce n'est même pas tout à fait un pur film de propagande car on ne nous montre pas non plus une Amérique idyllique. L'atmosphère de la petite ville de Los Alamos est assez stressante et c'est très bien illustré par Jerry Hopper et son chef op. Dès la séquence d'ouverture, quand un installateur de télévision venu de Santa Fe vient chez les Addison livrer et régler leur premier poste, il sursaute lorsque la maison se met à trembler. Ce n'est rien, juste un essai nucléaire souterrain! dit la sereine maitresse de maison d'un naturel confiant. Il est fait plus directement allusion au danger du nucléaire quand le soir même, Addison rentre chez lui avec un air sombre et révèle à sa femme qu'un de ses confrères vient d'être sérieusement irradié. Plus tard, à plusieurs reprises, on cadre des enfants jouant devant des panneaux « espace contaminé » et même Martha finit par se plaindre auprès de son chercheur de mari de cet environnement malsain après qu’elle ait surpris son fils parler de son futur au conditionnel. A une petite fille, Tommy commence une phrase par : «  Si je grandis … " au lieu de "Quand je serais grand ..."
Image
C’est à ce genre de petits détails que l'on reconnaît la patte du grand scénariste Sydney Boehm qui fut nommé à l'Oscar pour ce film ( même si ça me paraît un peu cher payé quand même).
Il n'en reste pas moins qu'il n'y va pas mollement non plus sur "l'espionnite" subie par les américains par eux mêmes... Les habitants sont sans cesse sous surveillance : même au cours d'un bal, tous les faits et gestes des participants sont scrutés par des agents pas tous identifiés comme tels. Le voisin, l'amie, peut être en réalité un flic : l'institutrice de Tommy est fiancée à un agent secret du FBI. C'est elle qui « égare «  l'enfant au cours d'un déplacement festif avec sa classe et s'aperçoit de sa disparition quand Tommy ne répond pas à l'appel de son nom alors que gagnant à la tombola du gros lot tant espéré, elle n'entend pas le cri de joie qui devrait retentir ce qui lui fait comprendre qu'il y a un problème. Jolie séquence quasi hitchcockienne au cours de laquelle jamais on ne voit l'enfant ou ses ravisseurs.
Image
La première réaction du père est assez stupéfiante : « Je ne trahirai pas mon pays même pour mon fils » et «  Si je donne ma formule, les Commies vont anéantir la moitié du monde avec ma bombe ! " … ce à quoi Martha réplique : «  Tommy est notre monde entier » (Ah … Les mères). Cela signe le début des "bêtises" avec l’implication du Doc. dans l'enquête car, convaincu par sa femme, il va d'abord vouloir tenir l'enlèvement secret et même berner les cocos puis quand le FBI va comprendre la situation, il va suivre les agents du gouvernement pour être au première loge afin de sauver son fils ( et puis c’est quand même lui la tête d'affiche :mrgreen: ) car ceux ci ont été explicites : leur priorité n'est pas la sauvegarde de l'enfant.

A partir de là, le récit oscille entre le pseudo documentaire policier montrant les techniques du FBI : surveillance (l'usage d'une caméra de télévision détournée de son usage pour scruter les faits et gestes d'un espion au cours d'un match de Base Ball est une belle idée de mise en scène), filature (on suit une lettre qui passe de main en main), etc … et un brin de fantaisie puisque le scientifique donne aussi de sa personne : il tabasse un des commies (il faut voir un Gene Barry assez dépenaillé par sa lutte avec l'agent rouge sortir l'air hébété de la salle d'interrogatoire) et surtout il est actif dans le long final très sympa se déroulant dans les ruines d'un pueblo niché à flanc de falaise.
Image
Bilan : pas un grand film, non, mais pas du tout la purge redoutée. C'est même peut-être le plus sympa des films noirs tournés par Gene Barry. Lui même est très bien ; pas d'un charisme dingue mais agréable. Il est entouré notamment par le jeune Lee Aaker, futur Rusty de la série Rintintin (1954-1959), qui a un rôle actif dans le final et par Nancy Gates (l'instit'), charmante actrice disparue au printemps dernier. Vu (à peu près) en vost. 70/100
Image
Image
Image
Le final en spoiler photographique :
Spoiler : Afficher
Image
Image
Image
Modifié en dernier par kiemavel1 le 27 sept. 2019, 19:15, modifié 2 fois.

kiemavel1
Messages : 389
Enregistré le : 06 juin 2015, 11:49

Re: Le vol du secret de l'atome - The Atomic City - 1952 - Jerry Hopper

Message par kiemavel1 » 26 sept. 2019, 00:38

Image
Image

Avatar du membre
chip
Messages : 779
Enregistré le : 17 avr. 2007, 21:04

Re: Le vol du secret de l'atome - The Atomic City - 1952 - Jerry Hopper

Message par chip » 26 sept. 2019, 14:10

Ce qu'il y a de bien avec les critiques de Kiemavel, qu'elles soient positives, mitigées, ou négatives, elles donnent toujours envie de voir le film....
LYDIA CLARKE était l'épouse de Charlton Heston.

Répondre