Le Continent Perdu - Lost Continent - 1951 - Samuel Newfield

Liste des films critiqués
David Vincent
Messages : 13
Enregistré le : 07 juil. 2021, 14:45

Le Continent Perdu - Lost Continent - 1951 - Samuel Newfield

Message par David Vincent » 11 juil. 2021, 13:11

L'Ile mystérieuse.

Je vous conseille chaleureusement « Le Continent Perdu » réalisé en 1951 par Samuel Newfield et projeté pour la 1ère fois le 19 juillet 1951 au théâtre Paramout de San Francisco, soit à peine 3 mois après le 1er « Action ».
En effet, il doit être le 1er à associer radiations nucléaires et monstres préhistoriques, et ce bien avant Le Monstre des temps perdus (1953 - Lourié) et Godzilla (1954 - Honda).
Les acteurs, loin d’être des inconnus [Cesar Romero (Le tour du monde en 80 jours de Michael Anderson/1956, La Taverne de l’Irlandais de John Ford/1963, Batman de Leslie H. Martinson/1966), Hillary Brooke (Les Envahisseurs de la planète rouge de William Cameron Menzies/1953), Whit Bissel (Au cœur du temps-série TV/1966-1967), Sid Melton (Mask of the Dragon de Sam Newfield/1951), Hugh Beaumont (Le Peuple de l’enfer de Virgil W. Vogel/1956), John Hoyt (Le Choc des mondes de Rudolph Maté/1951), Chick Chandler (La Course aux maris de Don Hartman/1948) et Acquanetta (Tarzan et la Femme léopard de Kurt Neumann/1946], sont excellents et convaincus de leur rôle.
Toutefois, on peut regretter que les personnages féminins, au demeurant bien faits de leur personne (c’est le moins que l’on puisse dire), ne soient pas plus approfondis. Cela aurait sans doute donné une autre dimension au scénario.
Par ailleurs, on peut noter dans le film des inserts d’images issues de 24H chez les martiens (Rocketship X-M) lors du décollage de la fusée ou encore de Tumak, fils de la jungle (One Million B.C.) lors du tremblement de terre final qui détruira l’île.
De plus, il faut savoir que la pellicule vire au vert-sépia lorsque les héros arrivent au sommet de la montagne sacrée afin de simuler la radioactivité ambiante. Cette technique de filtrage avait déjà été utilisée dans le métrage de Kurt Neumann, 24H chez les martiens (Rocketship X-M) pour recréer l’atmosphère de Mars en rouge-sépia.
Le film est disponible en VOSTF soit chez Bach Films, soit chez L’Atelier 13.


David Vincent
Messages : 13
Enregistré le : 07 juil. 2021, 14:45

Re: Le Continent Perdu - Lost Continent - 1951 - Samuel Newfield

Message par David Vincent » 29 août 2021, 15:16

Latitude : -8,5242 / Longitude : 119,4813

Vous avez sans doute remarqué que dans tous les films mettant en scène des animaux gigantesques, il est toujours fait clairement état de leur lieu de provenance.
Ainsi, on sait que Godzilla vient des alentours de l’île Ohto (archipel d’Izu), que les énormes fourmis de Them ! sont apparues dans le désert d’Alamogordo ou encore que le Rhédosaure des Temps perdus est originaire de l’Hudson Canyon.
Certes, mais que sait-on des bestioles de Lost Continent ? En vérité, pas grand-chose.
Aussi, je me suis interrogé sur les raisons de ce flou artistique si soigneusement entretenu et me suis retroussé les manches afin de retrouver ce fameux « continent perdu ».
Pour ce faire, je suis parti de plusieurs postulats.
1°) La fusée (de type V2) a décollé de White Sands dans le Nouveau-Mexique.
2°) Après un certain temps de vol, elle a été prise en charge par le radar du cuirassé USS Maryland (indicatif BB-46) navigant à proximité de l’île de Guam.
3°) A un moment donné, on voit le professeur Briggs vaguement indiquer sur une carte l’endroit approximatif du crash de la fusée, à savoir la Nouvelle-Guinée.
Fort de ces éléments, du coefficient de poussée du missile, de la résistance de l’air, de l’attraction magnétique et surtout de certaines notes secrètes du docteur Rostov, j’ai enfin réussi à localiser « l’île mystérieuse » !
En fait, l’engin s’est écrasé au sommet du Gunung Satalibo.
Dès lors, on comprend mieux le réalisme saisissant des monstres préhistoriques, notamment du varan.
Toutefois, cette trouvaille inespérée ne répond pas à toutes mes interrogations. En effet, Godzilla est mort, le Rhédosaure est mort ainsi que les fourmis géantes de Them ! Mais, qu’en est-il du brachiosaure, des tricératops et du ptéranodon du Satalibo, même si l’on a voulu nous faire croire que l’île avait été détruite par un tremblement de terre et une éruption volcanique. Par ailleurs, pourquoi ce massif rocheux, qui finalement semble toujours exister, est-il si fortement radioactif ?
Seule une expédition scientifique en bonne et due forme pourrait répondre à ces questions.
Maintenant, si vous vous sentez l’âme d’un Allan Quatermain en herbe, je ne peux que vous mettre en garde contre les dangers encourus.
Montagne Taboue (ou Tapu), Montagne Taboue (ou Tabu) martelait O’Net alias Acquanetta…

Répondre