Step Down to Terror - 1958 - Harry Keller

Liste des films critiqués
Répondre
kiemavel1
Messages : 502
Enregistré le : 06 juin 2015, 11:49

Step Down to Terror - 1958 - Harry Keller

Message par kiemavel1 » 01 févr. 2024, 14:24

Johnny Walters occupe une chambre meublée dans le centre de la Nouvelle-Orléans. Devant l'immeuble, il est attendu par deux détectives qui se renseignent sur lui et attendent le moment opportun pour l'arrêter. Quand il l'apprend de sa logeuse, il quitte sa chambre en emportant la forte somme d’argent en liquide qui trainait sur un meuble et parvient à semer ses poursuivants. Pour se mettre au vert, il envoie un télégramme à sa mère qui ne l’a pas vu depuis 6 ans et lui annonce son retour en Californie. C’est les bras chargés de cadeaux qu’il arrive dans sa ville natale et retrouve, en dehors de sa mère en adoration devant son fils, sa belle soeur Helen et Doug, le jeune fils de celle ci. Dans un premier temps, le bonheur et l’harmonie semble régner au sein de la famille nouvellement restaurée mais bientôt des premiers signes de questionnement et d’inquiétude apparaissent. Johnny semble d’abord un peu troublé quand Helen s’aperçoit que la superbe bague sertie d’une émeraude qu’il vient de lui offrir est gravée à des initiales qui prouvent qu’elle a appartenu à un autre propriétaire et surtout il se montre brutal lorsque la jeune femme s’aperçoit qu’il a voulu soustraire un journal au reste de la famille …
Image
Step Down to Terror est le remake inutile de Shadow of a Doubt (L’ombre d’un doute), un des chefs d’oeuvre d’Alfred Hitchcock. Le film de Harry Keller n’apporte rien par rapport à l’original et il n'en est qu'une version à bas couts, simplifiée et édulcorée. Les scénaristes avaient bien sûr gardé la trame générale mais peut-être en partie pour des questions budgétaires de nombreux « à-côtés » de l’original sont absents. On ne perçoit plus du tout l’atmosphère de la petite ville californienne tranquille dont la quiétude est bouleversée par l'arrivée du citadin maléfique. Toute la petite sociologie express du film de 1943 manque puisque les personnages n’ont pour ainsi dire pas de vie sociale. Ils n’ont, par exemple, pas de métiers et de toute façon beaucoup n'ont pas été repris par la nouvelle adaptation : il n’y a plus de père de famille (joué par Henry Travers). Les enfants ne sont plus trois mais deux (il manque l’adolescente dont le rôle est important dans la première version). La famille du tueur n'a plus de voisins (dont celui interprété par Hume Cronin qui partage son gout pour les blagues macabres avec Travers) … et, plus largement, soit dit en passant, il n’y a presque plus d'humour mais à la rigueur ce n’est pas ce qui manque le plus.
Image
Car certains choix -pour le coup pas du tout imputables au budget alloué par le studio- sont incompréhensibles et affadissent la relation entre les deux principaux personnages. Je pense que pour des raisons morales, dans le remake, les scénaristes ont fait du tueur en série le beau frère d’ Helen (Elle est la veuve de son frère tué à la guerre) ; ainsi les deux personnages pouvaient plus « légalement » être attirés l’un par l’autre. Dans le film d’Hitchcock, l’attirance entre les deux Charlie, oncle et nièce, était bien plus troublante en partie en raison de cette relation familiale directe et de la différence d'âge évidente entre Joseph Cotten et Teresa Wright. La relation entre les deux Charlie était présentée comme quasiment ésotérique (on faisait remarquer la concordance des prénoms. On prétendait qu’il existait entre eux un lien inconscient …) et, en tout cas, la fascination de la jeune Charlie pour son oncle apparaissait comme extrêmement puissante. Dans le remake, la relation qui s’ébauche entre Johnny et sa belle soeur est beaucoup moins forte et on a l’impression que la jeune femme recherche surtout une présence masculine dont son jeune fils Doug aurait bien besoin et l’attirance entre les deux personnages est bien moins évidente.
Image
Image
Plus grave encore, Harry Keller n’est pas même fichu de conserver une autre ambiguïté qui faisait aussi une des forces de l’original, c’est à dire les doutes sur la culpabilité de Johnny (Charlie dans le film de 43). La première partie du film montrant sa fuite de La Nouvelle-Orleans avec la police à ses trousses ne laisse aucun doute sur l’identité du tueur de riches veuves. Mais Keller garde malgré tout un développement de l’intrigue qui apparait bien plus tard, c’est à dire la capture d’un homme qui est pris, à tord, pour le tueur en série. Au delà de ce détail scénaristique, si le remake manque un peu tout ; de style, d’émotions … de l’essentiel en somme, il a gardé les détails : le journal dont le tueur doit cacher le contenu, c’est à dire l’avis de recherche le concernant … La bague qui appartenait à une de ces riches veuves qu’il avait assassiné qu’il offre à sa belle soeur … Les flics, soient disant sondeurs, qui s’introduisent dans la famille pour surveiller le suspect … L’attirance qui nait entre la jeune veuve et l’inspecteur principal (interprété par Rod Taylor)… Le deuxième suspect surveillé à l’autre bout du pays … Et bien sûr également l’évolution de la relation entre Johnny et sa belle soeur Helen, cette dernière passant de l’ admiration à la frayeur, en passant par l’interrogation, la méfiance et le soupçon … mais malheureusement les deux interprètes sont loin de valoir leurs prédécesseurs, y compris Colleen Miller même si c’est elle qui s’en sort le mieux.
Image
Quant aux apports de cette version, ils n’apportent pas grand chose justement. Je trouve que c’est même le contraire. Les scénaristes ont voulu trouver une origine au «  mal » alors ils ont inventé un alibi médical à la marotte meurtrière de Johnny : il a eu un grave accident de vélo dans son enfance et il est fortement suggéré que c’est de là que viennent ses pulsions criminelles. Il en a même gardé une phobie des vélos qui pourra faire sourire certains spectateurs.
Quant à la maman du tueur, si elle est aussi naïve et inconsciente de la véritable nature de son fils que dans la version originale (ils étaient frère et soeur chez Hitch.), on lui ajoute une grave pathologie cardiaque mais cela n’apporte rien, sinon qu’il est encore plus obligatoire de la ménager.
Le seul personnage secondaire qui vaille la peine d’être désigné, c’est une riche veuve que dragouille Johnny et qui aurait pu devenir sa prochaine victime mais si je la signale c’est surtout parce que le personnage était interprété par la soeur de Marlon, Jocelyn Brando.
Image
Spoiler : Afficher
Image
Pensée finale : un seul talent trouve à s’exprimer véritablement ici, c’est Russell Metty à la photographie. A la rigueur, le film est visible par ceux qui ne connaitraient pas le film de Hitchcock … s’il en existe. Sinon, passez votre chemin. 4,5/10
Modifié en dernier par kiemavel1 le 03 févr. 2024, 09:59, modifié 2 fois.

Avatar du membre
chip
Messages : 955
Enregistré le : 17 avr. 2007, 21:04

Re: Step Down to Terror - 1958 - Harry Keller

Message par chip » 01 févr. 2024, 14:54

Bien que Michael F. Keaney dans son livre " Film noir guide " juge ce remake inutile , morne et peu intéressant, il lui donne quand même 2 étoiles ( fair) sur 5 (excellent ). Jamais vu ! mais la présence de Colleen Miller justifierait à mes yeux les 75 mnn du film.

Avatar du membre
chip
Messages : 955
Enregistré le : 17 avr. 2007, 21:04

Re: Step Down to Terror - 1958 - Harry Keller

Message par chip » 01 févr. 2024, 18:52

Enfin vu ! Sûr ce remake est loin de valoir le film de Hitchock, même si l'original n'est pas mon préféré dans la filmo du réalisateur, le film de Keller est terne et seule mon intérêt pour la douce Colleen m'a permis d'aller au bout des 75 mn de ce film noir sans relief, même si c'est la photo N et B de Metty est superbe. Curieusement le début du film m'a fait penser à " This gun for hire "(1942), comme Ladd, le tueur (C.Drake) nourrit et aime les chats...clin d'oeil ou hommage ? mais là aussi on est à des années lumières du classique de Frank Tuttle.

kiemavel1
Messages : 502
Enregistré le : 06 juin 2015, 11:49

Re: Step Down to Terror - 1958 - Harry Keller

Message par kiemavel1 » 02 févr. 2024, 06:50

Bande annonce originale :
=====
Colleen Miller
Image
Image
Image
Jocelyn Brando
Image

kiemavel1
Messages : 502
Enregistré le : 06 juin 2015, 11:49

Re: Step Down to Terror - 1958 - Harry Keller

Message par kiemavel1 » 02 févr. 2024, 07:23

Je t'avais pourtant déjà dit qu'il était interdit de citer des livres que je n'ai pas :wink:

Je n'ai toujours pas le livre de Michael F. Keaney, non, mais cela dit "Fair", on peut traduire ça par "acceptable" alors que sa note de 2/5, c'est à dire 4/10, est un peu plus vache que la mienne et correspond davantage à une appréciation du genre "médiocre"... Mais bon, la note - chez moi y compris - c'est secondaire.

L'ombre d'un doute, tu dois savoir que c'était le film préféré de HItchcock. Ce n'est quand même pas le mien. Je préfère Vertigo, Les enchainés, Fenêtre sur cour et La mort aux trousses.

Oui, forcément j'ai aussi remarqué le chat ... qu'il laisse d'ailleurs dans sa chambre ... Je ne suis pas de la SPA :wink: mais Il n'y était pas absolument obligé. Je m'intéresse un peu plus intensément à Louis-Ferdinand Destouches, dit L-F Céline en ce moment, un autre beau salopard de génie, qui lui n'a jamais abandonné son chat Bébert durant toute son errance dans les années qui ont suivi la seconde guerre mondiale. Mais je m'égare ...

Oui, c'est peut-être un clin d'oeil au film de Tuttle. Je ne me suis pas intéressé à la question mais on peut supposer que l'oiseau chanteur de Delon dans Le samouraï vient aussi de là ; de même que les chats du commissaire dans Le cercle rouge du même Melville.

Quand tu regardes un film sur Youtube tu actionnes les sous titres français ?
Ils sont plus fiables et meilleurs que précédemment. Il manque encore la ponctuation mais ça s'améliore et ça constitue une aide utile pour ceux qui ne maitrisent toujours pas totalement la langue anglais, moi compris. Cela dit, je l'ai vu autrement. J'ai une "vraie" vost français si ça t'intéresse de l'avoir ...

Avatar du membre
chip
Messages : 955
Enregistré le : 17 avr. 2007, 21:04

Re: Step Down to Terror - 1958 - Harry Keller

Message par chip » 02 févr. 2024, 08:20

Je l'ai regardé sans s/t, ton analyse m'a guidé :wink: . intérêt partagé pour le docteur Destouches, dont je viens de terminer la lecture de " Guerre", " Londres", et " la volonté du roi Krogold "( pas facile à lire...). Je crois avoir beaucoup lu Céline et les bouquins écrits sur le personnage, bien aimé aussi le bouquin de Alliot sur Lucette... en ce moment je suis plongé dans les romans de Hammett ( Quarto Gallimard).

Répondre