Un pacte avec le diable - Alias Nick Beal - John Farrow - 1949

Liste des films critiqués
Répondre
Avatar du membre
wintergreen
Messages : 461
Enregistré le : 19 févr. 2008, 23:21
Localisation : Paris

Un pacte avec le diable - Alias Nick Beal - John Farrow - 19

Message par wintergreen » 01 mai 2009, 11:58

Après La grande horloge (1947), Les yeux de la nuit (1948), une nouvelle adaptation signée Jonathan Latimer tournée par son complice John Farrow. Collaboration qui se poursuivra avec Terre damnée (1950), Duel sous la mer (1951), Les pillards de Mexico (1953) et La femme et le rodeur (1957), entre autres.

Mélange de film noir et de fantastique, Alias Nick Beal revisite le mythe de Faust. Ray Milland y incarne un diable raffiné, souriant. Facade policée derrière laquelle percent des éclairs de cruauté.
Sa mission diabolique: manipuler en douceur mais de façon implacable, un brave procureur intègre jouissant d'une excellente réputation (Thomas Mitchell). L'aider à devenir Gouverneur en flattant son ambition. Lui dégager le terrain tout en faisant de lui son vassal obligé. Combine menée avec l'aide involontaire d'un troisième personnage clé, incarné par Audrey Totter
Son but: placer tous ses potes suppots de Satan aux postes clés de l'équipe du Gouverneur fraichement élu.

Ce film tourné en NB, est truffé de scènes dialoguées, entrecoupées de passages d'atmosphère fantastique à l'ancienne (brouillard à couper au couteau, sources lumineuses uniques à la John Alton, distillant des ombres inquiétantes). Pas d'effet spéciaux tape à l'oeil, mais des astuces discrètes pour suggérer les pouvoirs surnaturels du Malin.

Un film original qui aborde de facon spirituelle et légère la religion et l'affrontement du bien et du mal. En témoigne cette scène ou le pasteur (Georges Macready) propose au Diable de lire un passage de la Bible. Ce dernier bien évidemment refuse (effet gousse d'ail !) et s'éloigne lentement et silencieusement à reculons dans la pénombre au fur et à mesure de la lecture à voix haute du Révérend.

Les problèmes éthiques abordés (ambition, compromission du pouvoir, reniement des convictions), ne relèguent pas pour autant l'ambiance film noir au second plan: l'intrigue portée par de nombreux rebondissements ne faiblissant pas jusqu'a l'épilogue astucieux.

Dans leur notule consacrée à Latimer (in: Les auteurs de la Série Noire), Mesplède et Schleret évoquent à son propos"un humour corrosif, des situations délirantes, des exercices déductifs dignes de puzzles classiques" J'y ajouterai un style et des dialogues brillants, rythmés, jamais vulgaires, ni ostentatoires. Plusieurs de ses romans ont été traduits en Francais chez Gallimard et 10/18. Chez cet éditeur, je recommande L'épouvantable nonne et La poire sur le plateau


Image
Image
Image

pass
Messages : 683
Enregistré le : 20 déc. 2014, 18:17

Re: Un pacte avec le diable - Alias Nick Beal - John Farrow - 1949

Message par pass » 08 janv. 2015, 19:52

Première représentation à Paris le 18 Juillet 1952 au " George-V " en VO .

Répondre