Le Dahlia Noir - The Black Dahlia - 2006 - Brian De Palma

Liste des films critiqués
Répondre
Avatar du membre
frédo
Messages : 35
Enregistré le : 21 avr. 2005, 19:04
Contact :

Le Dahlia Noir - The Black Dahlia - 2006 - Brian De Palma

Message par frédo » 14 nov. 2006, 11:31

N'ayant pas lu le roman, je l'ai vu et ait été séduit. Le film divise comme toutes adaptations de romans cultes. L'ambiance et l'atmosphère de l'époque est bien rendue. Hartnett et Echkart sont remarquables, par contre les filles un peu moins. L'intrigue est moins complexe que d'habitude. La résolution de l'énigme arrive un peu vite, c'est vrai, mais franchement, c'est une réussite.
Image

Avatar du membre
Personne
Messages : 8359
Enregistré le : 15 janv. 2005, 16:10
Localisation : Atlantic City

Message par Personne » 14 nov. 2006, 12:48

Lu, il y a très longtemps, j'avais adoré. Par contre pas encore vu!



Image

Avatar du membre
tietie007
Messages : 163
Enregistré le : 28 janv. 2007, 19:19
Localisation : Aix en Provence
Contact :

Message par tietie007 » 28 janv. 2007, 19:26

Personne a écrit :Lu, il y a très longtemps, j'avais adoré. Par contre pas encore vu!



Image


Il faudra que je le vois, mais les échos que j'en ai eu ne sont pas trop bons. J'ai lu quasiment tous les Ellroy, et le roman est assez touffu. Je ne sais pas si De Palma était le réalisateur idoine pour ce genre d'adapation !

Avatar du membre
Lithan
Messages : 141
Enregistré le : 04 avr. 2007, 10:28

Message par Lithan » 04 avr. 2007, 10:36

D'un pavé aussi riche et intense qu'est l'oeuvre éponyme de James Ellroy, difficile d'en tirer une adaptation fidèle à la virgule près (500 pages de lecture, tout de même..), même si c'est le talentueux Brian DePalma qui s'y colle (à savoir que David Fincher était un temps présenti pour mettre ce périlleux exercice en image, sous la forme d'un film de 3heures et en noir et blanc, ce qui n'a pas été du goût de tous les producteurs).



Tout d'abord, un certain nombres de personnages qu'Ellroy s'est évertué à donner vie coûte que coûte, soit en les rendant méchant, soit en les rendant gentil et méchant, ont été relaxés de leurs fonctions au point de ne faire que de furtives apparitions (Elis Loew, Russ Millard, Theo Green, Bobby DeWitt, le père de Bucky) ou de ne pas apparaître du tout (mais où sont donc passés les Vogel père et fils, qui tiennent pourtant un rôle assez important à l'origine ?).

Au niveau des péripéties, bien sûr, énormément de passages ont été sautés au point que le scénario se retrouve sacrément modifié (disparition de la longue traversée de Bucky au coeur du Mexique, pourtant cruciale; atténuation spectaculaire de la chasse aux suspects à travers les USA et voire même dans le monde, puisqu'on allait même jusqu'à interroger un militaire français dans le bouquin) au point que le film peut sembler s'apparenter à une gigantesque succesion d'ellipses.

D'un livre cruel et dérangeant, violent et bourré de sexe, ne subsistent que de timides actes de barbaries et quelques unes des piquantes relations amoureuses de Bucky avec ses différentes maîtresses.



Cependant, ceci ne fait pas de ce "Dahlia noir" un ratage intégral, et cette relecture cinématographique du mythe n'en donne pas moins lieu à un excellent polar noir, mené avec savoir-faire par un réalisateur en possession de ces moyens.

Animé par un casting des plus convaincants, comprenant de bons premiers rôles (et non, Josh Harnett n'est pas mauvais acteur; et oui, le jeu théâtral de Scarlett Johansson est fait exprès) et d'exceptionnels seconds couteaux (Mike Starr, Patrick Fichler, Mia Kirschner et.... William Finley, avec sa belle tronche en biais !!!); baignant dans une enivrante reconstituion du Los Angeles des années 40 où tout le monde fume sa clope partout et n'importe où (les temps ont bien changés...) et doté d'une bien belle mise en image à la photographie désuette qui ne lésine pas sur les acquis de la steadycam (d'ailleurs, la scène de l'interrogatoire rapelle furieusement Winslow Leach au piano dans "Phantom of paradise"), ce film s'impose comme une belle réussite en dépît de la mauvaise réputation qu'il se traîne (échec critique et public, bide retentissant aux States...).



Sûrement pas culte comme la plupart des films de DePalma, mais reste une oeuvre agréable et soignée.



8/10

Avatar du membre
chip
Messages : 834
Enregistré le : 17 avr. 2007, 21:04

le dahlia noir.

Message par chip » 16 juin 2007, 22:30

Au dernier festival de Deauville, Ellroy flanqué de De Palma se déclara satisfait de l'adaptation de son bouquin (J'étais présent) .

Pour avoir lu le livre juste avant le film, je ne partage pas son avis, au niveau comédiens seul Aaron Eckhart est crédible, Josh Hartnett bien fâlot et Scarlett Johansson n'est pas meilleur, on regrette les Barbara Stanwyck, Gloria Grahame, Audrey Totter.

Ce film m'a déçu . Pas envie d'acquérir le dvd.

Avatar du membre
Personne
Messages : 8359
Enregistré le : 15 janv. 2005, 16:10
Localisation : Atlantic City

Message par Personne » 18 juin 2007, 12:48

Vu!



Je penche pour une bonne adaptation de l'univers d'Ellroy, même si j'ai un peu roupillé au milieu. De Palma fait du De Palma et recycle les mêmes images que dans ses films précédents, voir la scène de l'escalier et de la fontaine. Final un peu grandguignolesque, mais il me semble que le roman est comme ça!

Le roman est fleuve et pourtant De Palma arrive à le condenser en moins de 2 heures, mais, j'ai trouvé qu'il y avait peut être 30 minutes d'explications au début de trop.

Maintenant si on compare au Curtis Hanson et à son L.A Confidential, autre adaptation de l'oeuvre d'Ellroy, là, tout de suite, le Curtis gagne haut la main.

Avatar du membre
tietie007
Messages : 163
Enregistré le : 28 janv. 2007, 19:19
Localisation : Aix en Provence
Contact :

Message par tietie007 » 20 juin 2007, 08:29

Personne a écrit :Vu!



Je penche pour une bonne adaptation de l'univers d'Ellroy, même si j'ai un peu roupillé au milieu. De Palma fait du De Palma et recycle les mêmes images que dans ses films précédents, voir la scène de l'escalier et de la fontaine. Final un peu grandguignolesque, mais il me semble que le roman est comme ça!

Le roman est fleuve et pourtant De Palma arrive à le condenser en moins de 2 heures, mais, j'ai trouvé qu'il y avait peut être 30 minutes d'explications au début de trop.

Maintenant si on compare au Curtis Hanson et à son L.A Confidential, autre adaptation de l'oeuvre d'Ellroy, là, tout de suite, le Curtis gagne haut la main.


De Palma n'est pas un cinéaste qui se met au service d'une histoire ...il instrumentalise plutôt le récit pour se faire mousser et placer quelques plans branchouilles ! C'était le dernier réalisateur auquel j'aurai pensé pour adapter le livre d'Ellroy !

De plus, ce bon Brian ne fait plus que des bouses depuis bien longtemps, il ne vit que sur sa notoriété acquise au début de sa carrière !

Avatar du membre
vin
Messages : 170
Enregistré le : 20 sept. 2009, 16:47

Re: Le Dahlia Noir - The Black Dahlia - 2006 - Brian De Palma

Message par vin » 14 janv. 2010, 01:51

J'aime beaucoup le rendu de ce film.

La photo, la musique, costumes et décors, tout ceci me semble bien laisser transpirer l'ambiance fantasmée de L.A. juste après-guerre.

Maintenant, je trouve en effet que De Palma nous le réalise un peu mollement.

Par ailleurs, j'ai le sentiment dérangant qu'il a vu LA Confidential, et qu'il en a été imprégné.

Même si bien sûr les deux oeuvres sortent du même stylo, beaucoup de points communs dans la réalisation.

Mais je suis bien d'accord avec Personne.

LA Confidential (même si ce n'est pas le propos de comparer les deux) l'emporte haut la main.

Le film est plus nerveux, et la distribution est sans commune mesure.

En dur cogneur, Russell Crowe a quand même une autre stature que Aaron Eckhart . A côté, on trouvait Pearce, Spacey, de Vito, que du bonheur.

Pour les femmes, j'avoue mon pur bonheur. Kim Basinger était parfaite en fausse femme fatale, folle amoureuse d'une brute au coeur énorme.
Scarlett Johansson , dans Le Dahlia.. a un personnage également très "années 40".

D'ailleurs, mais celà n'engage que moi, je pense qu'elle est actuellement la meilleure actuellement sur la scène américaine pour incarner ce type de rôle.

Au total, un film très agréable malgré ses faiblesses, on se laisse embarquer sans grande difficulté, malgré un héros (Josh Hartnett ) qui n'arrive jamais à me convaincre totalement, j'ai toujours l'impression, ici comme dans d'autres films, qu'il est légèrement pleurnichard.
Image

Répondre